Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:30

Droits des travailleurs totalement bafoués
Cette étudiante travaille de 2h à 9 ou 10 h dans un café chic de Coyoacan. Le patron se targue de liens avec la communauté française. Mais il n'accorde même pas la 1/2 h réglementaire à ses employés. La jeune fille rentre épuisée et perd l'appétit car elle s'écroule pour dormir. En France un tel abus serait passible des prudhommes et les employés seraient dédommagés. Le Mexique qui a imité la France dans de nombreux secteurs, sa Constitution, sa Révolution, son architecture, son art, ferait bien de se pencher sur cette question du droit laboral, au lieu d'imiter son voisin d'en haut, esclavagiste il y a peu et plus soucieux de tours en or que d'humanisme!

Ces ramasseurs de poubelles travaillent sans gants. Le gouvernement de Coyoacan ne leur octroie que 2 paires/an! si on veut plus on doit les acheter sur notre paie. A peine suffisante pour régler leurs besoins familiaux. Avec un salaire minimum au prix d'un kilo de chicharon me dit un joyeux chauffeur de taxi dIztapalapa.
Ces maçons restaurant le plus vieux théàtre doivent venir le samedi pour des heures sup. Payées normales. Sinon ils perdent leur job. Et comme la main d'oeuvre ne manque pas!...
Comme le patron du parking du théàtre ne veut pas de grue qui prendrait de la place, ils doivent monter un toit comme les esclaves des égyptiens! L'ingénieur dit quils sont habitués!
Les femmes de ménage sont payées des cacahuètes. Font 4h de transport matin et soir pour venir assister des personnes âgées aisées (enfin plus aisées!)
Les retraités continuent à travailler jusqu'à épuisement car ils ne touchent que peu ou pas de pension. Même parmi les avocats de services publics.
Ce panorama n'est quun minuscule aperçu de la faillite des droits du travail dans un Mexique plein de ressources, véritable corne d'abondance guignée par tous les investisseurs.
Je laisse mes lecteurs chercher des chiffres et témoignages complémentaires. Le lendemain de ma rédaction je m'aperçois que La Jornada est à pic sur le sujet

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 13:26
Entre les volcans

Ruben et Moni m'avaient promis de m'emmener aux volcans. Depuis hier c'est chose faite! Nous avions rendez-vous à 7h, la lune gibeuse était là mais les oiseaux fêtaient déjà l'aube. Le bébé dormait dans son siège auto.Sa maman près de lui. Nous avons pris la direction des volcans. Fait une pause petit déje au marché d'Amecameca. Au milieu d'une tablée de bickers de la capitale nous avons dégusté des tacos et un délicieux consommé de barbacoa avec des pois chiches (la mondalisation quoi...) Nous avons goûté du jus de myrtille, mes amis ont acheté des mangues au chile délicieuses. Puis sommes allés nous signer à l'église à la demande du petit de 3ans. Bien réveillé. Ensuite nous sommes montés en voiture progressivement à travers de belles terres noires oú pointait le maïs puis devant une énorme pépinière de sapins de Noël jusqu'au refuge-musée des volcans. Hélas la brume masquait le sommet fumant du Popocateptl, amant désespéré d'une princesse à qui son père jaloux avait fait croire qu'il était mort à la guerre. Celle-ci mourrut de chagrin et lui de la voir morte à son retour victorieux. Pauvres amants ! (les natifs n'ont pas attendu Shakespeare voyez-vous!) Désormais transformés en volcans l'une endormie l'autre passablement actif et redouté, ils sont néanmoins honorés et dit on le mont Orizaba sur lOrozco culminant à 8000m, veille sur eux. Pourtant si ce dimanche on apercevait entre les nuées les neiges de l'Itzacahuit, Don Goyo en revanche ne daigna pas se découvrir! Il demeura nimbé d'une brume gris de payne. Masquant son chagrin avec cette pudeur habituelle aux hommes? Son accès étant aussi interdit depuis plusieurs années, mes amis décidèrent d'aller à la cascade des Amants. Sous le volcan endormi. La route en terre n'est pas conseillée par l'osteopathie! Mais les bois de pins qu'elle traverse tapissés d'une sorte d'alfalfa blond sont enchanteurs. Faute d'extraterrestres, au retour, nous y vîmes l'oiseau bleu! Le deuxième de ma vie. Le parking avant la cascade regorge de vendeur de toques de lapin élevé dans la région, d'aliments et de ces petits chevaux mexicains Yeguas (jumentssurtout) nerveux, fins, joliment sellés et habitués à la promenade. En montant à pied on croise des hordes de cavaliers plutôt calmes. Et de loin on aperçoit enfin la cascade. Avec son offrande de fleurs. Une cascade d'1 million d'année subtile et qui alimente les locaux. On y vient en famille, entre bickers, entre amis. Les plus hardis avancent au milieu comme ce très bel homme avec sa hache qui fait passer des enfants sur les pierres et leur demande de toucher l'eau. Pas plus froide en vérité qu'une cascade alpine en juillet! La cascade un élément fondamental de notre culture ancestrale, réjouit les enfants et les parents. Les mères ont un peu peur. On se prend en photo...Puis on redescend du côté gauche étroit (toujours plus étroit le côté du coeur!). On entend la voix de baryton du torrent dans les pierres qui chante un aria amoureux. On reprend le chemin principal quand ça devient un peu dangereux. On croise les bickers d'Amecameca. On fait une pause pipi dans des toilettes sêches-super écolos! On mange un élote au chile ou on bavarde avec l'étudiant ingénieur qui vend des chapkas en pol de lapin pour sa famille le dimanche. On reprend le chemin, on croise l'oiseau bleu. Le petit garçon est ravi de la cazzzcade On s'est fait des souvenirs. On est heureux. Pauvre Maxime Lowry il est resté picoler à Puebla au lieu de venir se rafraîchir ici! Enfin il a écrit une oeuvre qui a monte la tête à tous les adictopoètes. Et certains, comme Noël Thillol viennent au Mexique juste sur ses traces. Mais les volcans s'en foutent! Ils font leur travail tellurique et les hommes doivent les respecter. On devrait amener Trumpito sous le volcan; lui, et tous les zinzins de la terre, cela les guérirait de leur mégalomanie! Nous en tout cas on est repartis légers, joyeux et affamés! Je ne remercierais jamais assez mes amis pour cette belle découverte

Entre les volcans
Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 10:43
Rodin et les sculpteurs de son temps au Soumaya

Une de mes visites favorites dans Mexico, le Musée Soumaya Urne d'amour à l'épouse de Carlos Slim. Son architecture en fait un TajMahal contemporain. Gratuit, Intérieurement très accessible, ascenseur ou rampe tournante en bois. Clair, chaleureux, avec des expos temporaires passionantes. Sofia Loren, ou les sculpteurs contemporains de Rodin. Daumier, Bourdelles, Carpeaux, Camille Claudel...tout le gratin de la sculpture française. Si vous voulez voir l'assemblée nationale en bustes de Daumier c'est possible. Et quasi universel. Si vous préférez la Vague ou différentes versions de la Valse de Camille Claudel, Elles sont là. Les mains que le Maître aimait sculpter,la Cathédrale ou Main de Dieu, les ébauches de Balzac, que d'émotions! Pour qui a trotté à 12 ans au Musée Rodin de Paris. Une video montre l' arrivée de la Porte de l'Enfer : dantesque! Plusieurs wouahhh ponctuent ce court documentaire. Quant à la porte elle-même au rez de chaussée, elle s'entoure de silence et de respect. On flotte en redescendant. On va acheter un parapluie rodinesque car la saison bien-aimée arrive. Et on va place Carso se sustenter pour ne pas déjeuner dans la fosse aux lions du Musée. (Seul bémol le bruit de ce restau exigu) A deux pas il fait calme et on peut méditer sur les bienfaits de la culture...euh,sculpture!

Rodin et les sculpteurs de son temps au Soumaya
Rodin et les sculpteurs de son temps au Soumaya
Rodin et les sculpteurs de son temps au Soumaya
Rodin et les sculpteurs de son temps au Soumaya
Rodin et les sculpteurs de son temps au Soumaya
Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 13:50
Pobres de Mexico

Pobres de Mexico En el mero centro historico del encensado CDMX, muchas personas duermen en el piso. Eso pasa tambien en Polanco a la puerta de una panaderia en Coyoacan y en varios lugares. Ni un alberge (sea publico, privado, asociativo, religioso.) En un pais de tantos recursos donde diputados mas pagados que el Presidente de Francia que verguenza! Otros pobres niños indigenas llegados de otros estados que tocan frente al bancomer sin que los jovenes adultos se preocupan de su vida. Familias mazahuah en IsabelLa Catolica. El papa toca trumpeta el domingo con ellos. Davif, Joven michoacano en Donzeles- por falta de dinero pa entrar en la UNAM en derecho- vende canastas de agujas de pino, muy autenticas para su familia. Se abure pierde su energia y se vuelve la victima de predadores pululantes en la capital. Mas que ratas en .....de Paris. Otros pobres gritando en el metro. Con sus discos de Buena Vista Social Club,pilas,audiophonos samsung à 20$. El año pasado a diez.dies le vale, dies le cuesta! Los niños cirando zapatos en lugar de dormir o ir a la escuela o comer con una familia. Y tantas familias trabajando sin descanso que tirando el diablo por la coda. Con salario minimo a 75/dia cuando el kg de tortilla vale hasta 15. Sin hablar de semi falsos pobres del metro! Mafiosando con grupos Tepiteños. Ahora en el metro es la moda del disurso hundureño mendigos con chicos. Mientras migrantes normalmente no traen mucho a sus hijos. Jubilados sin pago de su retiro, conformado a la ley, deben trabajar hasta 85 años! Afortunamente aqui los pobres cuentan con la solidaridad maxima de la familia-cuando tienen una! Indigentes viejos cortaron los enlaces sagrados. En un païs de tantos recursos da pena ver tanta pobresa. Pasa como si el pueblo estaba moviendose al lado de una concha de abundancia sin poder tocarla ni disfrutir de nada! Pero que Pobre gobierno el que come todo mientras milliones nada! Que Dios bendiga el pueblo mexicano dandole fuerza de reinstalar verdadera ley

Pobres de Mexico
Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 23:29

Mexico sin cambio ...al Oxxo Hoy caminando por Cruz del Sur en busqueda de una cafeteria simpatica donde fui a traducir una obra mayor del poeta Owen Aguilar, no la encontre. Aqui cieran tiendas en menos tiempo que necesito para abrirlas! Pues regrese por la Viga hasta la Soriana. Pase al Bancomer (aun sin saber que patrocinaba el PRI en el Estado, pero toman menos a estrangeros que el HSBC y ya.... Compre un St Chinian al super. Mas cerca del Burgogne que un chileno. Y me fue. De calor-sol tapado con nube casi mas caluroso! Paro al Oxxo de Ermita esquina Pegazo para agua. Llevo un Lleve Bio. A 6$. Presente el mas pequeño billete del cajetero. 100$. -No tengo cambio, decia la señora, atras sus lentes. Pero hubo un gesto que en sicologia reconocimos de los mentirosos. Estaba la secunda vez que en fin de una jornada no tienen cambio. -Asi estamos dice un señor amable con pelo gris risados. Debemos buscar algo. -Pero eso es contrario al codigo del Consumo! Y no me digas que despues de un dia de compra no tienem cambio! Yo ve mucha discriminación en esta ciudad. Con indigenas, pobres y estrangeros! Otra vez en la panaderia me hicieron la bronca. Pero no conocen a franceses râleurs! Mientras en Francia saquemos a facistas, desafortunamente en Mexico siguen las cosas empeeorando: Ni encuentran 43 cuerpos en una cuidadita de Guerrero donde todos se conocen. No ponen los coruptos en carcel. Siguen matando a periodistas, mujeres en la UNAM, y indigenas pobres siguen durmiendo en las banquetas de una capital que se dice limpia! Turisticetcetera... Ojala un hombre que empleare si hubiera empresa tomo la decision de ir por cambio al Pemex. dejando su compañero como garantia! Regreso con cambio. Me lo dio. Fue por su propio cambio de 500 al metro. Espere un rato. Pague. Fui. Bebi. Asi es el surealista Mexico lindo y querido. Pero como imitaron nuestra Constitución francesa, asi deben empesar a cambiar unas cosas quodidianas pa acostumbrarse a cambios mas graves. No? Ps. Ojala ese pais tiene solidaridad quotidiana y hombres valientes con estrellas en los ojos! Mucha gracias a

Mexico sin cambio...Al Oxxo
Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 13:04

Al teatro de la Capilla >11de mayo
Deux hommes de théâtre un auteur et un realisateur. Anciens amis se retrouvent pour dîner dans un restaurant chic. Presque au corps défendant du premier Wally. Car André le second longtemps disparu de la scène newyorkaise est considéré comme zinzin.
De fait sur les chapeaux de roue, son récit d'expériences pseudoesotericomysticonewage laissent perplexe son auditeur. Abondance de clichés entendus à NY dans les années 80 quand fut écrit le scénario, en Francedix ans plus tard et à Mexico aujourdhui. PNL, développement personnel, bien-être et tutti quanti! Des trucs pour adolescentes,profs à la retraite et femmes en manque. Mais pas pour un artiste ! Pourtant l'André en question vous entraîne dans son délire, sur fond politique parano nazi. Ce qui aggrave son cas.
Un serveur classe passe les plats sur scène et dans la salle disposée comme un restaurant. Il semble lui aussi perplexe.
L'auteur sue, et grimace, sous le projo et le réalisateur espèce d'échassier don quichotienétend ses grandes mains pour ponctuer son propos. Un acteur assez génial à vrai dire en la personne de Boris Scboenman.
Mais le fin du fin n'est pas tant le discours sur la décadence sociopolitique que son rapport avec l'oeuvre théâtrale et sa représentation.
L'auteur paraît pépère et assez normaliste dans sa vie privée, André, a quelque chose d'Artaud. Dans la démesure et la fixité. Certes pas de peyotl ni amphés...mais pas besoin les expériences sectaires déjantées en tiennent lieu. A chacun sa dope!
La pièce est un peu trop longue dun quart d'heure. Le thème trop obsessionnel.Le public bouge change de fesse, les mobiles vibrent sonnent. Mais dans l'ensemble on vous sert un morceau de roi.
La déambulation de Wally- Manuel Ulloa- dans Mexico est un apéritif qui fait espérer le grand André. Le serveur est parfait, le vin excellent. Les amoureux sont justes séparés par la configuration de la salle scène pendant le spectacle. C'est un peu dommage! On aime partager un bon moment l'un près de l'autre. Les acteurs s'éclipsent dans la nuit. Règlent des questions matérielles. Les spectateurs vont boire un mezcal, regagnent leur logis en taxi uber.
Le théâtre survivra t il à la crise de civilisation? Apparemment oui! Newyork survivra t elle à Trump? Sans aucun doute. Mais bien atteint...

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 14:52

Le docteur Mireles responsable d'un groupe d'autodêfense à Michoacan pour sauver son village harassé par le narcocrime s'est vu d'un coup enlever par le gouvernement complice et enfermer dans une prison au nord du Mexique, loin de chez lui ce qui n'est pas conforme au droit intetnational - ni national. Mais les avocats font traîner, menacés et payés pour cela. Mireles a des problèmes de coeur. On s'en moque. Il est intelligent cultivé courageux : Il fait peur. Tandis que Patishtan et Nestora Salgado ont été libérés , Mireles est depuis deux ans prisonnier politique. Aussi le mouvement pour sa libération associé à Morena a t il organisé un rassemblement sur le lieu hautement symbolique de Tlatelolco. Alex Mirenes le fils du prisonnier est là. Entouré d'un autre commandant d'Autodéfense et de Arman Cortes nouvel avocat jeune et vaillant qui a gagné un procès contre le trésor des USA. John Ackerman est présent. Des musiciens des poètes se relayent artistes militants. On aurait dit engagés en d'autres temps. Un couple de radioAmlo filme la scène. Des jeunes au discours pertinent et percutant. Amis de radio Bastille l'organe des mexicains de Paris. L'assistance est un peu trop mince. Le gouvernement et ses mouches savent habilement diviser les activistes. Eux mêmes comme les candidats français sont drapés dans leur sensibilité individuelle et contribue à l'échec des objectifs. Un aspect de l'inintelligence humaine que je ne comprendrais jamais. Et contre laquelle a su lutter Jean Moulin. Au péril de sa vie. Liberez Mireles et les prisonniers politiques mexicains tel est l'enjeu. Signez la pétition sur le net. Ils n'ont rien à faire en taule. Les gouverneurs narcos et politiques corrompus, Si

Libérez Mireles ! A Tlatelolco
Libérez Mireles ! A Tlatelolco
Libérez Mireles ! A Tlatelolco
Libérez Mireles ! A Tlatelolco
Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 08:51

2 ans et demi , 31 mois qu'ils manifestent le jour anniversaire de la disparition de leurs 43 fils. Le 26 septembre devant le siège du 27 e bstaillon d'Iguala ils ont été mitraillés et enlevés. Depuis pas de nouvelles. Le gouvernement les a balladés analysant des restes d'autres victimes. Il a voulu clore le dossier. Il a gazé les parents cette semaine lorsqu'ils sont venus présenter une requête. Que la honte retombe sur ce gouvernement! Pour sa conduite insensible et insensée. Et honte aux gouvernements étrangers muets devant cette horreur! Ce 26 avril ils ont marché du planton établi depuis un an devant la PGR. Jusqu'à l'hémicycle Juarez. Le centre historique bouclé par des centaines de policiers. Là ils prennent la parole. Répétant inlassablement les mêmes demandes. Un orchestre de la Normale Burgos d'Ayotzinapa joue et chante le drame de ses condiciples. Des militants, des poètes...peu de monde à vrai dire. De moins en moins. Immédiatement derrière la manif des balayeurs CDMX nettoient. Ils ont des ordres hautement symboliques : Ne laisser aucune trace! Comme la disparition des corps, celle d'une caméra de surveillance qui a filmé l'enlèvement et que quelqu'un a forcément vu... Comme les 50 000 morts et disparus depuis 2006 sur le territoire mexicain. Sans compter les milliers de déplacés forcés. Un chiffre de guerre! Qui nécessiterait une intervention de l'ONU en tout autre lieu. Et le mépris des députés qui repoussent hier la Loi sur les victimes de disparition faute d'analyse...dit la Jornada. Faute de couilles surtout

Deuil sans fin d'Ayotzinapa
Deuil sans fin d'Ayotzinapa
Deuil sans fin d'Ayotzinapa
Deuil sans fin d'Ayotzinapa
Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 03:45

Héritage du boudhisme zen cette philosophie venue du japon s'est propagée à Mexico à partir des USA par la ville frontalière de Mexicali en 72. Son fondateur japonais est Kakutaro Kubo persuadé du bienfondé du boudhisme sur la société laïque. Le Mexique compte actuellement plusieurs milliers de membres. Avec des antennes locales à Puebla Guadalajara, Monterrey et San Luis Potosí. Le principe de base est la recherche d'harmonie. Pour soi et les siens. Avec un travail de psycho-généalogie. Livre de noms posthumes des ancêtres incluant la lignée maternelle ce qui n'est pas le cas dans la traddition japonaise. Passablement machiste. Une ouverture paritaire et plus humaniste qui amène sans doute plus de femmes que d'hommes aux réunions du Reiyukaï. A Mexico celles ci se déroulent une fois par mois dans la colonia del Valle, rue Luis Savinion. Un autel (photo interdite! me somme une des responsables) un portrait du fondateur. Des lectures de soutras du Lotus. Des commentaires peu intellectuels mais orientés vie quotidienne. Des récits de difficultés relationnelles résolues grâce à la pratique. L'humour y peut apparaître sans ombrage. Des chapelets de bois boudhistes. Des mantras. Pas de chants... Suit un buffet au bon vouloir des membres. Chaleureux. Chaque branche est sous la responsabilité d'un membre qui invite des nouveaux venus. On leur donne d'office une carte de membre ce qui est un peu gênant et on les prie de se présenter. L'assemblée applaudit. Comme à l'église les nouveaux paroissiens. Plusieurs membres sont allés au Japon. Parlent le japonais. En France (dans les Charentes) on remet en cause certains recrutements mais le Reiyukaï ne fait pas partie des sectes considérées comme dangereuses. C'est une forme laïque et soft du boudhisme. La méditation en est un des fondements. Dans un monde stressé cela ne peut pas faire de mal

Reiyukaï Mexico
Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 13:53
Summer Romero femme médecine créatrice de vêtements

Summer Romero Evento textile at home La créatrice de mode Summer Romero appporte beaucoup à son métier. Et ses projets lumineux transcendent le milieu du textile où elle évolue depuis 8 ans. Couper une pièce tissée et brodée m'assassine, pour récupérer un dessin unique et le plaquer sur un gilet, une robe ou une cape, les brodeuses devront détisser fil à fil la trame autour. Artiste tisseusse, sa formation lui a enseigné le respect de l'oeuvre. Et par là même, celui des artisanes avec qui elle travaille et partage cet amour. En l'occurence un village mazahuatl des hauts de valle de Bravo. San jose del Lago dont Maria Luisa et Maria sont ici les représantantes. Ces jeunes femmes tissant depuis l'enfance, parlant leur langue, portant leurs vêtements traditionnels au quotifien, ont le plaisir de valoriser leur art en découvrant des profuits nouveaux. Si elles brodent toujours des chemins de table et des tapis aux motifs répétitifs semi-géométriques, elles s'éclatent à inventer des broderies de chapeaux, des ceintures, des bandeaux, des guêtres... C'est ce qu'elles disent ce soir-là au Show Room de la rue Coahuila, 135, col Roma, entourées de leurs filles et un bébé au sein. Devant un public d'artistes, clients, designers, amis et une équipe de videastes discrets réalisant un documentaire sur cette entreprise à part. Certes ce lien équitable, participatif et respectueux du milieu est dans l'air du temps au Mexique, mais Summer le pratique en toute féminité, force et spiritualité. Son équipe bosse en souriant plaisante et s'entraide réellement. Pas d' incitation à la délation ici, comme chez Massomo Dutti...un esprit de résistance fluide et coloré. Les gilets peuvent se draper de façon diverses, le motif retombera toujours sur un chakra important: (Poitrine, ventre), protégeant et renforçant. Une forme de magnétisme vestimentaire, raisonné, qui émane de la créatrice et de ses partenaires. Andrea ( à la qualité), Miria à la communication. Au milieu virevolte Azul et ses bijoux de plumes à enchanter Schehérazade. D'une grande virtuosité et une palette infiniment subtile. Un nid. Une maison, d'artistes. Sans ce narcissime pervers qui affecte hélas tant de créateurs de mode ou de petits bazareños. On s'y sent vivant, émus, humaines, vivants. Avec ou sans un verre de chocolat mezcal. Dans le contexte fascisant de la planète ces jeunes femmes me rappellent Germaine Thillon, Geneviève de Gaulle et Myrtille Héreil à Ravensbruck. Un doigt de gant en caoutchouc y devenait biberon, une phrase poème, la douleur comédie musicale. Ces femmes vivent leur quotidien, leurs amours, la distance, le temps comme les autres mais elles gardent et transmettent une force de femmes- médecine. Sans titre, sans affèteries, en inventant leur quotidien en imaginant des objets portés par d'autres qui profiteront de cette onde bienfaisante. Je porte un gilet turquoise de Summer Romero depuis 5 ans. Ses franges et son aigle bleu nuit me rendent légère et me font planer(Comme dans la chanson Les nuits de Caussimon). Mieux que quelque artifice intolérable à mon organisme. De cela, et de cette façon chaleureuse d'échanger et de présenter son travail, je remercie cette jeune femme libre et belle, petite prètresse qui porte en elle le soleil. De naissance

Summer Romero femme médecine créatrice de vêtements
Summer Romero femme médecine créatrice de vêtements
Summer Romero femme médecine créatrice de vêtements
Summer Romero femme médecine créatrice de vêtements
Summer Romero femme médecine créatrice de vêtements
Summer Romero femme médecine créatrice de vêtements

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article