Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 08:49
NeografiKa, son luchador ne vous laissera pas de bois!

Je vous défie de passer devant le banc d'Ivan Azamar au Bazar Vanitas Codi et de résister aux regards de ses Luchadors de bois. (gardons cette orthographe fantaisiste qui sonne bien!...)

Des plus petits aux pièces majeures de 50cms , les bras croisés dans la pose traditionnelle, de toutes les couleurs, avec ou sans cape, anges gardiens ou faux méchants, sobres ou rutilants,ils reflètent toute la palette des attitudes de la célèbre Lucha Libre Mexicaine.A tel point que les célèbres Luchadors se pressent pour figurer en photo au côté du jeune artiste poblano.

Ivan passionné d'Art graphique a dû rester à Puebla pendant ses études, ses parents ne souhaitant pas lâcher leur fils au DF. Il est donc passé par une filière de dessin industriel qui donne de solide bases techniques.Et puis il s'est consacré à sa passion, créant Néografika, alliant le bois et la peinture minutieuse, inventive, et comme lui, craquante!

Car particulièrement le regard des Luchadors timide, charmeur, méchamment fondant, de toutes les couleurs d'iris, Jusqu'au gris subtil.Un peu comme l'est la diversité des origines dans l'immensité du territoire mexicain.Et celle des caractères génétiques, psychologiques.. Richesse de notre patrimoine humain bien à même de nous rappeler à de paisibles comportements plutôt qu'à laisser libre cours à nos névroses.

Sans doute est-ce aussi le rôle cathartique de la Lucha Libre. Et les raisons de son succès au pays de l'humour décalé.

En tout cas Ivan Azamar a su saisir tout cela et le présenter au public.Pour le plus grand plaisir des enfants et des adultes qui ont gardé un regard émerveillé. Chacun peut trouver parmi ses pièces le luchador qui révèle la part émouvante et ludique de ses rêves.

On voir ces réalisations sur la page facebook d'Ivan Azamar et sur celle de Néografika

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires