Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 22:51
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,

Ce 20 novembre, anniversaire de la Révolution mexicaine, des centaines de milliers de mexicains emmenés par les parents des 43 Normaliens disparus depuis 1 mois et 6 jours dans l'Etat de Guerrero, sont descendus par les trois principalers avenues de la Capitale Mexicaine et ont conflué au Zocalo central, devant le Palais gouvernemental.

Réclamant une dernière fois leurs fils, ces pères et mères à la voix cassée par des heures d'appel, discours, informations et de rencontres infructueuses avec le Gouvernement ils sont arrivés de Chihuahua, Morelos, Chiapas où ils s'étaient rendus en bus à la rencontre dáutres familles de disparus. A la manière des caravanes de La Consolation initiées par Javier Sicilia et les parents du MOUVEMENT POUR LA PAIX, JUSTICE ET DIGNITE, dès le 8 Mai 2011, ils ont sillonné ce pays harassé par les dispaitions qui atteignent aujourd'hui le chiffre effarant de 90 000, sans compter 25 000 déplacements forcés et tous ceux que leurs familles croient aux Etats Unis ou ailleurs et dont on est sans nouvelle.

Hay Basta, Hasta La Madre, Ni Un@ Mas, Somos hartos, Ya cansemos de tan muert@s, les slogans sont les mémes et d'autres s'y ajoutent appelant à la démissions des hommes politiques incompétents, et aujourd'hui plus particulièrement à la Révolution. Parvenus au bout de la Rue du 5 Mai avant de déboucher sur le Zocalo, un jeune grimpa changer le nom de la Rue en celui de Vicente Guerrero, fervent de l'Indépendance, ayant justement donné son illustre nom à l'Etat qui a vu le massacre des 43 et milliers de morts depuis les annèes 68.

Ces marches pacifiques béneficiant mème de la solidarité de certains policiers ( ils ont tapé en cadence sur leurs boucliers pour la signifier!) massés entre le palais et la Cour Suprème, se sont déroulées dans le calme tant que ces parents d'une dignité exemplaire sont restés sur le Zocalo, accrochant le portrait de leur fils, (parfois de leurs 2 fils) aux barrières de garde du palais: Rue du Mont de Piete étaient restés les étudiants du Polytechnico en grève depuis plus d'un mois et suivaient dans la Rue Tacubaya jusqu'au Métro Allende, ceux de la UACM, UAM diverses et associations civiles. Depuis 68 à Paris c'est la manifestation la plus importante que j'ai jamais vue.

Toujours avec cette inventivité géniale chaque groupe proposait sa version de la rage, deuil, exigence de justice. Depuis les jeunes mères dansant avec leur enfant dans le dos près de l´Hémicycle Bénito Juarez, jusau'aux agenouillées torse nu devant la cathédrale qui rappellaient les femmes de Ciudad Juarez et les quelques 3800 femmes tombant chaque jour sous le coup de la violence dans ce pays.

Des zapatas à fusil de bois, des Pancho Villa sérieux,, des Benito Juarez, parsemaient le chemin. Des humains pris dans un filet immense de corde, des Anonymous réclamant la séparation de la Commission Nationale des Droits de l'Homme d'avec le gouvernement.

Laquelle Commission postée devant les policiers à l'angle de la Place pouvait enregistrer tout ce qui se passait devant le palais et, comme me le dire certains des services de Renseignements mesicains, "voir qui commencerait les hostilités".

Car dès le départ des parents en effet, commencèrent les violences. Une barrière de garde enlevée donnait le La! La police elle -mème ne chargea pas mais des unités de Choc encapuchonnées de noir :.L'un cassa la main à une reporter, l'autre frappa un jeune père qui portait son fils sur son dos. Bavures fatales! Que les équipes de Carmen Aristegui la plus grande journaliste télévisuelle du pays possède et diffuse abondamment sur le net.

Des lacrymogènes ont fusé : Comme on dit "dans une pièce de théatre quand il y a un pistolet, 'est pour servir à quelque chose!" Sauf que ces manifestations si crátives soient-elles ne sont pas des télénovela . Des milliers de parents réclament Justice, des milliers pleurent les leurs et des milliers Hasta La Madre (qui en ont mare de la violence de l'Etat les soutiennent et accompagnent.

Certes les manifestatnts ont surtout demandé la démission du Président de La République Fédérale Enrique Péña Nieto, lequel se signale par ses voyages au G20 et ses explications fumeuses sur une maison de 8 millions de dollars acquise par son épouse actrice de télé, et située 188 rue Sierra Gorda dans le quartier ultra chic de Las Lomas 8 ces préoccupations ridicules et inappropriées font le bonheur des cartaonistes politiques comme Rape Monero de la Revue El Chamuco. Mais cést la démission de tous les politiques qu'il faudrait demander ici et récrire la Constitution comme le stioule le dominicain, ex ingénieur, Raul Vera, évèque de Saltillo.

Sans cela le pays pourira sur pied et rien ne changera.

-Comment faire pour que ces gouvernant disent où sont les 43 normaliens, demandais-je à quelqu'ún de très formé?

- Tant qu'ils ne seront pas touchés dans leur chair, ils ne bougeront pas! répondit ce mexicain ordinaire. Avec bon sens. Car l'indifférence des politiques frise le psychotique.

Que va-t-il naïtre de ce ènieme mouvement? A suivre en terre mexicaine.

Pour info suivre CarmenAristegui, Fcbk, Twitter,,,

RapeMonero (El Chamuco / Twitter)

20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,
20 novembre manifestation mondiale géante pour Ayotzinapa,

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires