Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 09:42

L

Parmi 5 personnes assassinées dans un appartement de la Colonia Navarrete au DF se trouvait le photojournaliste RUBEN ESPINOSA. Intervenant à Proceso et Cuartoscuro. Réfugié dans la capitale Fédérale après avoir été menacé plusieurs fois pour avoir dénoncé l’attaque meurtrière contre des étudiants et autres sujets sociaux ou environnementaux . « Même pas les sujets policiers ni narco ».

« Veracruz ne connait pas l’état de droit »disait-il invité par Periodistas de A Pie. Expliquant la présence de types avec un taxi partout où il se rendait et devant chez lui. « Au restaurant j’ai écarté le rideau et senti le souffle de cet homme ».

Le comble fut la menace de Duarte en public en forme de parabole : « Les journalistes ne se comportent pas bien ! Ils donnent une mauvaise vision de Veracruz. Mais nous savons qui est lié à qui. Et nous allons secouer le pommier pour faire tomber les pommes. » Répétant d’une effroyable voix mielleuse : « Tenez–vous bien journalistes, Tenez-vous bien. »

« Très préoccupant de la part d’un fonctionnaire car les journalistes ne sont pas fonctionnaires » dit @pilartg. Surtout lorsque les journalistes couvrent la campagne électorale, élections et fraudes… Et elle évoque la tentative même contre des journalistes reconnus par un prix pour leur travail. Ainsi à Mazatlan ayant travaillé sur le trafic de cigarettes dans le port. Avec bénédiction des autorités. Signale Adrian Lopez de Noroeste.

La neutralisation passe aussi par des dénonciations fallacieuses pseudo politiques ou privées contre plusieurs. Organisé par le Gouverneur comme pour Felix Marquez. Et Pilartg parle de l’argent public qu’ont les partis pour acheter certains journalistes.

Ce groupe de journalistes considérés comme « guerrilleros » sont parfois moqués pour leur prétendue naïveté pour vouloir changer le monde. D’autres n’osent rien dire. Mais tous se savent surveillés.

« C’est compliqué de vivre de cette façon » dit Feliz Marquez. Et certains journalistes de Veracruz doivent être accueillis en France par Reporters sans Frontières @RSF pour un temps ou définitivement.

Pire les investigations sur les journalistes assassinés n’aboutissent pas. Juan Mendoza, Moises Sanchez…Seule la famille manifeste et cherche. Parce que les journalistes n’osent plus se manifester. Quand ils le font pour la liberté d’expression des sbires du pouvoir viennent leur dire qu’ils n’ont que de la « merde dans la tête et rien à faire là ! » dit Ruben Espinoza.

"La simulation est un des moyens de cacher les menaces et il n’y a pas n’y a pas de solidarité public par suite de la phrase de Duarte. Car la vie politique de Veracruz n’aurait pu fonctionner sans narcotrafic et un clientélisme jusque dans la presse." dit unbe analyste de la question "elections et agressions"

Qui va dénoncer Duarte devant des instances internationales ? Il est impensable que la liberté d’expression dans un pays dit « démocratique »soit à ce point assassinée.

Pour approfondir. Emission de @periodistasapie qui a reçu Ruben Espinosa et analyse la violence contre journaliste

http://www.m-x.com.mx/2015-08-02/en-veracruz-no-hay-estado-de-derecho-denuncio-el-fotoperiodista-asesinado-en-el-df-en-la-ultima-entrevista-que-concedio/

http://.eleccionesyagresiones.org/

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires