Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:41

Le film de Julio Bracho réalisé en 1943 présenté par le festival Lumière pourrait facilement se transposer dans le Mexique d'aujourd'hui.

Les persécutions contre les leaders syndicaux et les défenseurs de droits se poursuivent et la résistance ne fléchit pas pour autant. Bien plus elle s"en trouve renforcée. Le trio d'amis d'enfance et d'université qui se retrouve par hasard risquera sa vie pour transmettre des preuves de la corruption d'un gouverneur. Chacun participe à sa manière, utilisant le réseau des voisins, des amis, des relations de travail. Et même un enfant. Je croyais entendre cette amie résistante bretonne qui avait passé dans sa valise une arme en pièce dans un wagon où tout le monde avait été contrôlée par les SS sauf elle du fait de son handicap.

Et tous ceux qui de par le monde passent du courrier à la barbe des sbires de tous ordre. La résistance Syrienne n'est pas loin...

Oui Julio Bracho,rejoint un sujet éternel. Situé au DF on y voit les nouveaux magasins comme le Palacio de Hierro, des enseignes "Tome Coca Cola" (buvez coca cola) et le magnifique bâtiment toujours en place de la Poste où un des leaders syndicaux a été assassiné. On voit les tirages de l'Excelciior Et la gare de chemin de fer alors en service vers Veracruz.

Pedro Armendariz est encore là. Mais avec sa capacité à interpréter des personnages très différents, dans un jeu sobre et tendu aux côté de la mystérieuse Andrea Palma, au physique hollywoodien de citadine. Lui leader syndical poursuivi par la police pour être assassiné, elle épouse incomblée et dans une misère qui l'oblige à travailler comme escorte dans un cabaret.Ignacio son mari déprimé par une perte d'emploi a un beau rôle là où il n'a justement pas le beau rôle.

La tension d'une histoire d'amour ravivée par les retrouvailles sur un dilemme de devoir ne perd jamais de vue l'action. Transmettre les documents.

Bracho dont l'oeuvre L'ombre du Caudillo fut interdite pendant 40 ans par le PRI commençait avec cette aube différente "distinto amanecer" une carrière cinématographiique originale centrée sur la réflexion politique et pourrait rejoindre les préoccupations d'un Estrada dans le cinéma mexicain d'aujourd'hui. Mais la France verra-telle bientôt "Dictatura perfecta"? Le festival Lumière est surtout axé sur des films anciens et restaurés. Peut-être faudra-t-il attendre le festival Reflets du cinema latino-américain du Zola pour découvrir cette perle différente.

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires