Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 11:13



Hier, l’école normale agricole d’Ayotzinapa se voit cernée par 14 patrouilles de police.
Ayotzinapa est situé dans l’Etat de Guerrero. Une zone de montagne qui rappelle les la guerre de 1974, relatée par Carlos Montemayor dans Guerre au paradis. Des enseignants outrés par les injustices s’étant alors rebellés, étaient entrés en résistance armée. Puis en novembre 2007, 18 étudiants de la même école avaient été torturés à la suite d’une revendication.
Ici on parle de fermer l’école. Et la semaine passée deux représentants principaux des paysans écologistes ont été enlevés dans cette région. A cette heure on est sans nouvelles d’eux. (voir articles précédents sur ce blog)
La manifestation bloque l’autoroute. La police en tue d’abord deux. Un troisième José David Espiritu d’Acapulco décède dans la soirée.
46 étudiants ont disparu. 26 sont détenus par les policiers qui font avouer sous les coups à l’un d’eux qu’il possède une grenade. Système des aveux par torture, jamais de preuve. Par les mêmes policiers qui viennent de tuer ses camarades.
Erick Escobedo reporter pris pour un étudiant est aussi détenu et tabassé. Il a vu un enfant de 12 ans parmi les blessés. Il a été libéré depuis et peut témoigner.
Comme si la police mexicaine ne savait où donner de la tête, quand elle aurait assez de travail dans l’investigation des crimes et enlèvements.
Le gouverneur de l’Etat de Guerrero très vite accusé d’avoir donné l’ordre d’attaquer les manifestants, tente de se défausser.
Mais ce nouveau cas de répression pourrait bien soulever la solidarité d’autres universités et renforcer l’actuel mécontentement contre les gouvernements fédéraux et locaux accusés de collusion avec le narcotrafic. Accusés surtout de ne pas protéger les citoyens comme c’est la fonction première d’un gouvernement.

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires