Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 11:51
Guillermo velasquez et son groupe représentent le son arribeño. Tradition rurale des troubadours de fête en fête de village en village. La France ne connaît plus ces improvisateurs capables d'actualiser en rythme et en rimes la révolution lybienne et le seisme du Japon. Pouvant lancer des joutes verbales devant un auditoire enflammé. Peut être chez certains slameurs et rappeurs non labellisés. D'ailleurs Guillermo joute avec son fils danseur du groupe mais surtout brillant rappeur. Tradition seculaire et modernité se marient très bien. Le texte est plein de fierté, de révolte et d'humour. Typiquement mexicain: dès la rumeur de grippe une chanson ironique a couru sur le net. Guillermo s'attaque au retour du migrant des usa. Avec un excentrique tee shirt etoilé face à une épouse qui ne veut que ses dollars! Mais il s'inscrit aussi dans les bras de la tierra madre, qui avant l'écologie fut un aspect majeur de la civilisation indigêne. Enfin adapté avec maestria à son public il èvoque les vins français à l'opèra de Lyon et Marcos à Guananjuato. Joyeux, profond sous une apparente simplicité, le spectacle des lions de la Sierra Gorda fait voyager sur les plateaux autour de Queretaro où des chevaux paissent dans d'immenses espaces parsemés de sources et de petits épineux aux fleurs orange.

Partager cet article

Repost 0

commentaires