Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 12:20

PROFESSEUR PATISHTAN ENFIN LIBRE !

patishtc3a1n 

Le sourire d’Alberto Patishtan avec sa petite fille dans ses bras a boulversé tous ceux qui depuis 13 ans attendaient sa libération.

Car ce professeur tzotzil a subi le sort inique de beaucoup de mexicains dénonçant la corruption ou révélant des crimes. Certains ont dû s’exile , d’autres ont disparu, d’autres encore ont été torturés ou purement assassinés.

Leader de sa communauté indigène del Bosque dans le Chiapas, Patishtan a dénoncé l’élu municipal corrompu. A cause de la peur qu’il a suscité chez cet élu ripoux, il s’est vu dénoncer pour un attentat où il ne pouvait se trouver. Cela a été prouvé. Mais les puisssants ont toujours raison devant certaine justice hélas. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage et son ennemi de terrorisme !

Emprisonné pendant 13 ans, atteint d’une tumeur au cerveau, opéré en prison, emmené loin de sa communauté dans une prison de haute sécurité à l’autre bout du pays, il a été heureusement soutenu sans faillir par Amnesty International, par de nombreux défenseurs des droits de l’homme et bien sûr par sa famille.

Certain soir de septembre dernier, sous la pluie mexicaine, avait lieu un rassemblement en sa faveur à L’ange de La Revolution. L’entrée de la salle de réunion soigneusement gardée par un cordon de militaires, les militants se sont regroupés sur les marches. Le fils du professeur a pris la parole ainsi que les responsables du Comité de soutien et Daniel représentant d’Amnesty à Mexico. Ensuite deux ex-prisonnières militantes d’Atenco qui tenaient sous la pluie une pancarte «  violence politique signe d'incompétence » se sont fermement exprimées.

De jeunes artistes, des sympathisants ordinaires, des mères de famille, des personnes âgées, entouraient ce noyau fervent.

Bien sûr le Planton des Maestros vidés du Zocalo en prévision de la Fête Nationale s’était regroupé sous l’Arche de La Révolution à deux pas, et les CRS mexicains avaient chargé. Deux reporters de télévision vénézueliens qui me racontèrent la charge à laquelle ils avaient assisté et le tabassage d’un maître très pacifique. Sous l’Arche des étudiants prenant soin des passants âgés conseillaient de rentrer chez eux. Sur les trottoirs depuis la station de Métro Révolution la gendarmerie a cheval piaffait d’en découdre. Les traces de fer à cheval restées sur le béton mouillé en faisait foi. L’atmosphère étouffante évoquait ces charges du 19ème siècle dans les rues de Paris contre des Républicains ou des Communards défendant les droits fondamentaux du peuple. Les enseignants mexicains jalonnent l’histoire de luttes du 20ème siècle pour les droits des plus pauvres. Et lorsque certains qui doivent aller travailler à 10kms à pied dans une école indigène pour des enfants si pauvres qu’ils ont le ventre vide en arrivant, demandent une réforme qui ne soit pas capitaliste, ils sont dans la ligne de Lucio Cabañas et de son Parti des Pauvres.

Alberto Patishtan dénonçait lui la corruption si handicapante pour le Mexique tout entier et qui perdure hélas de gouvernement en gouvernement. Corruption source de violence, il l’a éprouvée dans sa chair.

Après maints rejets aux recours interjetés par lui, il a enfin été libéré ce 31 Octobre.

« Vivant, libre, je continue la lutte » a dit celui qui était en prison le porte-parole de ses camarades détenus. Y avait créé des groupes d’échanges et de parole.

Très heureux de cette libération après un tel calvaire, rappelons combien il est nécessaire de signer les pétitions d’Amnesty et de tous ceux qui soutiennent des prisonniers politiques de par le monde. Ces jours ci en Russie vient de disparaître Natalia des Pussy Riot lors d’un transfert de prison. Soyons plus que jamais vigilants à nos frères et sœurs victimes des pouvoirs iniques.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires