Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 10:13

k5uy9858wpb2[1]Devant la situation « d’urgence nationale qui affecte le pays, lui faisant courir le risque de cesser d’être un pays libre et souverain » intellectuels, artistes, universitaires, organisations civiles et syndicales ont appelé la société dans son ensemble à unir ses efforts pour sauver la Nation.
Des personnalités comme le Recteur de l’Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM) Pablo Gonzalez Casanova, l’évèque de Saltillo Raul Vera Lopez, l’écrivain Javier Sicilia, les prêtres Gonzalo Ituarte et Miguel Concha, la chercheuse Magdalena Gomez, les acteurs Julietta Egurrola et Daniel Gimenez Cacho, le militant Miguel Alvarez et l’anthropologue Gilberto Lopez y Rivas, entre autres, ont réclamé à travers une proclamation officielle, que l’ensemble des citoyens participe à la résolution des problèmes nationaux, en delà du processus électoral de 2012.

Lors d’une conférence à laquelle il participait parmi de nombreux signataires, Miguel Alvarez de Services et Aides Juridiques pour la Paix (SERAPAZ) celui-ci indique que l’objectif du document est de produire un effet d’unité au milieu de la période électorale. Afin d’impulser des actions en marge des partis politiques et des candidats pour que la société devienne actrice de la transformation nationale.

Il a ajouté que l’initiative est soutenue par plus de 100 personnes et organisations de 26 états : comme le Mouvement de Libération National (MLN), le syndicat mexicain des électriciens (SME) la coordination nationale des travailleurs de l’Education (CNTE)  et que chacun peut s’engager en adhérant par courrier à
Emergencianacionalporlapaz@Gmail.com

« Le pays est engagé dans une guerre absurde qui menace sérieusement la survie sociale. Qui blesse la dignité du peuple et lui dénie la justice. La crise économique s’aggrave. Parce qu’un déplorable  gouvernement persiste dans la même stratégie. Aujourd’hui nous sommes face à un risque grave que les prétendants politiques à la succession présidentielle n’assument la continuité et s’engagent à poursuivre cette stratégie qui est un désastre humanitaire» signale la proclamation lue par Magdalena Gomez et qui s’adresse à divers organismes politiques, diplomatiques et même au Pape Benoît XVI lors de sa venue en visite dans le pays.

Elle rajoute qu’une « grande partie de la population nationale est plongée dans l’inquiétude et vit dans la terreur à cause de la guerre antinarco sanglante et cruelle que le gouvernement a déclenché tout en prônant la paix. Et aujourd’hui campagnes et villes souffrent de la violence sous ses formes les plus irrationnelles. »

Elle déclare que les Institutions de l’Etat « sont plongées dans un processus de profonde décomposition et de détérioration à cause de la corruption et de la pénétration du crime organisé à tous les niveaux des trois modes de gouvernement. On expose de manière insensée les forces armées en leur confiant des missions hors de leurs fonctions constitutionnelles, ce qui entraîne de graves violations des droits humains et paradoxalement la structure du narco-trafic reste intacte à cause de l’incapacité du système exécutif à affecter ses réseaux financiers. »

Les signataires soulignent que l’Etat abdique sa responsabilité constitutionnelle en ne dispensant pas la sécurité, la tranquillité et le bien-être à la population». Ceci en plus du fait que l’administration fédérale « cède d’importants principes et espaces de souveraineté devant les Etats-Unis. »

Dans cette « urgence nationale » et à la veille de la rénovation des pouvoirs, les signataires affirment une position d’indépendance face aux pouvoirs et aux partis, même si parmi eux se trouvent des sympathisants.

« Nous avons la conviction, indépendamment du résultat des élections, que la part de la société civile sera indispensable. En cas de succès de l’option vers le changement, pour mettre en œuvre et appuyer les mécanismes de transformation, dans le cas contraire par un grand mouvement de résistance civile et pacifique pour orienter des changements de direction ».

Magdalena Gomez poursuit : « les problèmes économiques et sociaux des gouvernements antérieurs s‘alourdissent, aggravant les différences entre quelques millionnaires  puissants et la grande majorité, chômage, inflation, bas-salaires, chèreté des produits, aides rachitiques aux campagnes, spoliation de terres, dévastations environnementales, perte de la souveraineté alimentaire, sécheresse et crise sans précédent, mépris des peuples et communautés indigènes, de leurs ressources naturelles et leurs savoirs ancestraux. En définitive le gouvernement actuel condamne des milliers de mexicains à la faim, à l’extrème pauvreté, ce qui génère une menace croissante de l’Etat Laïque par des forces confessionnelles et conservatrices. »
Pour cela les signataires appellent :
 -A des développements d’espaces de débats et de diffusion « qui apportent matière et force » aux principales idées de la proclamation, pour reconstruire la coordination et l’unité des mouvements et  luttes rurales et citadines,
 -A s’engager dans des actions dérivées de l’initiative,
 -A former une « junte patriotique, comité ou commission, ample et représentative qui fasse aboutir les objectifs et exigences du document ».

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires