Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 09:01

Je me suis sortie du Mosheli où le strudel et les jus de fruits sont si bons. J'ai demandé à la  serveuse dehors si la Casa de Alvarado, la Phonothèque, était ouverte à cette heure là. Elle s'est  adressé à une jeune cliente.

Voyant à mon accent que j'étais Française cette jeune fille s'est exprimé en français. Beaucoup de mexicains passés par le secondaire ou l'université ont de la France l'image idéale de la  patrie de La Culture.

- Oui c'est bien par là mais je ne sait pas si ouvert à cette heure.

Remerciements, bénédictions d'usage.

- Que le vaya bien,

- Vaya con dios,

- Suerte...

Paroles magiques pleines de bonnes intentions. Non seulement la politesse mexicaine mais une gentillesse inenvisageable dans la ville d'où je viens et où on se méfie de chacun.

A peine quelques pas dans la Rue Francisco Sosa qui est interminable, de grosses gouttes tambourinent les arbres qui la longent. Je relève ma jupe longue, préférée aux jean's tout de suite trempés, et me fraye ma route entre les racines soulevées par leur croissance ou des poussées sismiques. Et qui défoncent l'empierrage des trottoirs. 

Je passe le centre culturel italien et celui des Ateliers.

J'arrive sur la place de la Santa Catarina, adorable petite église d'où je croirais voir sortir Jorge Negrete ou Pedro Infante au bras d'une mariée.

Personne sous cette pluie.

J'avise à gauche le porche la Casa de la Cultura Jesus Reyes Heroles. M'y engouffre.

Au fond de la cour, non je ne rêve pas une femme sur un banc. un de ces bancs de Coyoacan en fer forgé à l'emblème du coyote. Derrière elle, un homme monumental debout. Ils se tiennent la main.

P1060333

-Diego et Frida!

Qui essuyent l'ondée farouche. Comme la vie tumultueuse qui a glissé sur eux.

Rencontre inattendue, même si Coyoacan avec la maison bleue et celle de Trotsky est leur ville.

Un homme sort d'une salle de théatre et m'invite à entrer à l'abri. J'assiste à la balance d'un concert de percussions indiennes qui aura lieu le soir. Trop tard, il faut que je rentre avant 23 h pour ne pas inquiéter.

Et voilà qu'auprès du banc, sous l'auvent surgit un autre couple. Ils s'embrassent.

P1060318

Elle est inquiète, ils entrent dans le théatre, elle cherche à joindre sa mère.

La pluie modifie les trajectoires. Suspend le temps. L'excitation des peuples.

- Mais la pluie est plus romantique, m'a dit Carmelita.

-Pourquoi?

-Parce qu'elle est plus accouplante!

Celle-là je n'y avait pas pensé. J'aurais dû me rappeler...

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires