Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 16:59

2012-12-12 14.26.04

Frédérique retrouve Javier Sicilia voisin de son frère Olivier

 

Olivier est Suisse. Il vit depuis 20 ans au Mexique. Il a choisi d'habiter tout près d'une forêt, à Cuernavaca."C'est un homme et un voisin très chaleureux" dit Javier Sicilia qui le connaissait bien. Un dimanche matin, comme chaque jour, il sort ses deux chiens. L'un d'eux reviendra de suite, l'autre deux semaines après. "La police ne s'est jamais intéressée aux chiens" qui pourtant auraient pu aider à la recherche d'Olivier qui lui n'a jamais reparu. Tout de suite les ravisseurs ont appelé.

 Une rançon de 100 000$ a été réclamée en présence d'Olivier qui s'est expliqué avec sa famille mexicaine au téléphone. La famille et les amis ont envoyé un négociateur qui a réussi à faire baisser la rançon à 10 000$. Il fallait répartir la somme en deux sacs et les jeter par dessus un pont sur une route en contrebas. Les raviseurs ont rappelé immédiatement disant que seul un sac avait été trouvé et qu'ils ne libéreraient donc pas olivier. "Nous avons pensé qu'ils voulaient demander plus et qu'Olivier serait libéré. Mais depuis pas de nouvelles." Un détective privé à mené vers un chauffeur de taxi dénonçant un ex-policier et sa femme. "Les deux suspects sont arrêtés, incarcérés mais jamais interrogés. Ils doivent être jugés pour d'autres affaires".

La mère d'Olivier âgée de 80 ans prévenue seulement deux jours après l'enlèvement (au motif que la rançon avait été versée!) s'est rendue sur place. Pendant des semaines elle a assiégé la SIEDO, bureau d'enquêtes. En vain.


 548405 479666778745469 602498638 n

photo facebook d'Olivier

 

"Chaque fois qu'on demande un renseignement on nous donne un os à ronger. on va nous donné un élément qui laisse à penser que quelque chose a été fait mais quand on demande des nouvelles on nous dit qu'on a cherché dans cette direction mais qu'on a rien trouvé. Le gouvernement Suisse respecte totalement le refus mexicain d'intervention étrangère sur son territoire et se contente de glaner des informations.". Frédérique raconte clairement la situation au Centre d'Accueil de la Presse étrangère à Paris. Il resssort surtout de son récit l'absence de sérieux de l'enquête policière, voire le désintérêt total de la question. Comme si la vie des citoyens mexicains ou travaillant au Mexique n'avait aucune valeur.

Et c'est bien là un trait commun à toutes les disparitions. La plupart du temps, ce sont les parents et amis qui doivent enquêter. Ceci entraînant des coûts inappropriés et des risques importants.

A qui avoir confiance lorsque la Police et les services d'un Etat qui se dit démocratique ne sont pas fiable? Quand la lenteur des interventions, le traitement sans suite et l'impunité dominent la justice. Quand 98% des cas restent non traités!

Frédérique résume parfaitement la situation. Pudiquement. Les faits parlent d'eux mêmes.

Quant aux pays d'origine sans doute font ils preuve de négligence aussi, car un peu d'inventivité permettrait peut-être d'envoyer des enquêteurs hors pair et discrets.

Lien page facebook d'Olivier Tschumi, soutenez les lui et les siens

link

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires