Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 22:00

Miguel angel Granados Chapa a écrit dans ETCETERA (revue d'analyse des médias) un article qui répond à Frederico Calderon  : c'est bien à ses dirigeants que le peuple doit adresser son Ras le bol à la violence.

J'ai traduit cet article justifiant le formidable mouvement citoyen impulsé autour de Javier Sicilia et l'appel à la marche sur Mexico du 8 mai:

 

Assez de Violences!

 

Il se trompe le Président Calderon en demandant que la société crie son ras le bol à la délinquance, au lieu de l'adresser au gouvernement et aux fonctionnaires. Les bandes criminelles ne sont pas les interlocuteurs de la société mais ses ennemis. Nous ne saurions en plus, à qui adresser cette exigence: Les criminels n'ont pas de visage.Et nous ne pouvons ,nous citoyens, leur demander une conduite exemplaire et éthique, conforme au droit, étant donné qu'ils ont précisément outrepassé les frontières morales et juridiques qui permettent de vivre ensemble.

 

Crier Maintenant ça suffit! à la délinquance serait crier dans le désert. Personne ne ferait cas de nous et nous n'aurions pas les moyens de forcer une  réponse parce que nous n'avons rien en commun avec ceux qui ont fait de la violence un mode de vie. Des criminels nous ne pouvons rien attendre, seulement redouter leurs actes.

 

En revanche, en toute légitimité, nous citoyens pouvons exiger des gouvernements, fédéraux, étatiques, municipaux, que  cesse cette impunité généralisée qui est le bouillon de culture de la délinquance. Avec les gouvernants, nous les gouvernés avons une relation clairement établie : nous sommes des interlocuteurs. Nous savons qui ils sont et quelles responsabilités ils ont endossé en étant élus ou en acceptant les charges auxquelles ils ont été nommés. Le Maintenant ça suffit! implique une double exigence-d'un côté que cesse l'aboulie d'incompétence et la corruption qui empêche d'arrêter les délinquants. Et d'autre part qu'on décide d'une statégie pour combattre le crime organisé, qui réalise vraiment ses objectifs et n'en reste pas seulement à des coûts élevés pour la société. La guerre contre les bandes de narcotrafic a commencé avec la volonté de réduire le volume de leur commerce. Il est clair que cette objectif n'a pas été atteint : la consommation de drogue augmente au Mexique. Et avec elle augmente en même temps le trafic de stupéfiants sur notre territoire en direction des Etats Unis. Face à cet échec, le coût en vies humaines causé par cette fausse stratégie, augmente de jour en jour. Et donc, l'augmentation de la criminalité résulte bien d'une incapacité de l'Etat, des gouvernements, particulièrement du gouvernement fédéral, parce qu'ils a épuisé toutes les forces et recours de sa compétence. Maintenant ça suffit que la police préventive soit incapable d'éviter des délits d'une énorme gravité, Ca suffit que,une fois ces délits commis, ils n'aient pas la capacité d'en punir les auteurs. Aujourd'hui on n'accuse pas les fonctionnnaires de prendre les armes contre la population. Et  ils se signalent aussi par leur inaptitude à empêcher les délinquants d' agir en toute liberté. Aussi nous demandons que lorsque des fonctionnaires membres des forces armées font usage d'armes contre la population, ils soient punis, comme nous le voulons pour de vulgaires délinquants. 

Ce cri naît de la peur que la violence non combattue atteigne des niveaux terrifiants. Comme cela se passe à Tamaulipas, où chaque jour augmente le nombre de personnes assassinées et les inhumations clandestines. Dans des fosses plus grandes que celles que creuseront jamais les services municipaux de San Fernando où n'échouent pas les corps trouvés dans ces cimetières privés. A Tamaulipas il faut savoir que la délinquance se nourrit directement de l'impunité. Il y a plus de 9 mois y fut assassiné le candidat du PRI aux élections gouvernementales de l'Etat, c'est son frère finalement qui occupe ce poste, et on ne connait toujours rien des  auteurs de ce crime.

 

La violence est directement liée à l'impunité. Pour cela il faut que le Gouvernement du District Fédéral mène une enquête de fond sur les évènements graves qui ont eu lieu lundi. Des personnes furent tabassées, toutes dans l'exercice de leurs fonctions, agents de police, pompiers et journalistes. 5 véhicules ont été brûlés dans la rue. Et on a délibérément saboté une installation électrique souterraine de la ville de Mexico ce qui a donné lieu à des explosions qui pouvaient faire courir des risque graves pour la vie des personnes et les bâtiments.

 

L'enquête doit déterminer s'il s'agissait d'un délit. Doit établir les responsabilités et attenter un procès aux inculpés. Les membres du syndicat des électriciens de Mexico (SME) qui manifestaient au moment des faits, disent que les problèmes des installations électriques viennent non d'intervention humaine mais de la vétusté des réseaux dans le centre la capitale. Mais s'ils se trompent, s'il s'agit d'un sabotage, les acteurs doivent être punis, quels qu'ils soient.Le fait est qu'il y a eu violence. Beaucoup de gens importants ou pas pour l'information du cas, l'attribuent aux éléctriciens. Un des journalistes agressés, Juan carlos Santoyo, à qui j'exprime ma solidarité pour ce qu'il a subi, a dénoncé directement Martin Esparza, leader du SME pour avoir lancé l'attaque dont il a été victime. Si l'enquête ministérielle détermine que ce fut le cas, le dirigeant et les auteurs matériels devront payer leurs actes. Au contraire si le leader et ses compagnons ont été victimes de provocateurs, ceux ci devront être identifiés et menés devant les tribunaux.

 

La ligne de conduite doit être la stricte application de la loi. Il ne doit subsister nuls doutes qui incriminent  ou protègent le SME pour des raisons politiques. Si la direction syndicale avait opté pour l'action directe elle devrait l'assumer. Mais également on doit compter avec ceux qui infiltrent les filières syndicales avec ordre de pratiquer la violence pour pousser la société à insulter un corps qui serait obligé de poursuivre ses fins par d'autres moyens.

 

pour l'article en espagnol www.Etcetera.com.mex

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires