Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 15:24

mail.google.com

Isabel Miranda de Wallace, présidente de « Halte aux séquestres » après avoir juré de son indépendance citoyenne, a succombé aux sirènes du pouvoir : sollicitée (selon elle) par tous les partis, c’est au PAN qu’elle a accordé ses faveurs. C’est-à-dire au parti de l’actuel président de la République mexicaine, Felipe Calderon.
Elle est donc aujourd’hui candidate à la mairie de la capitale. Et en cas d’échec, si Joséphine Vazquez Mota, du même parti, devenait elle, présidente de la république, on parle de nommer Wallace ministre de la justice!

Or Calderon  qui revendique devant la nation (et les Etats-Unis) la légitimité de sa guerre anti-narco et la présence de l’armée sur la majeure partie du territoire, n’a pourtant pas fait cesser le nombre d’assassinats, (55 000 pendant son sexennat ) enlèvements, déplacements forcés de population. Et malgré quelques arrestations spectaculaires dues au forcing et coups de pouce du FBI on ne constate aucun affaiblissement des cartels dont les sources de revenus restent intactes.
Plus : devant cet état alarmant qualifié de guerre par les observatoires internationaux des conflits, 23 000 signataires ont dénoncé le même Calderon devant la Cour Pénale Internationale de La Haye. De nombreux intellectuels, juristes et familles de victimes ont signé cette plainte relayée par l’avocat Netzaï Sandoval.
Dans la dénonciation  le président se trouve lié à son secrétaire d’Etat à la Sécurité Publique Genaro Garcia Luna. Homme que l’on voit dans la presse embrasser Isabel Miranda de Wallace, dite pouliche du PAN. Ce qui pourrait passer pour normal entre collègues potentiels.

Mais Genaro Garcia Luna n’est autre que l’auteur du montage télévisé de l’arrestation de Florence Cassez le 9 décembre 2005. Montage où l’on voyait la police délivrer « en direct » trois prétendus otages et arrêter les ravisseurs Florence Cassez et Israel Vallarta. Le même Garcia Luna a été confondu en direct -là, oui- lors d’une émission de télévision où il faisait l’éloge de ses compétences et racontait l’affaire Cassez. De sa prison Florence Cassez a appelé pour dire qu’il mentait! Qu’elle avait été arrêtée la veille sur la route, le jour de son déménagement et gardée la nuit dans une camionnette.
Déstabilisé un moment le super-flic responsable alors de l’Agence Fédérale d’Investigation (AFI) a reconnu les faits. Prétendant que la télévision avait ses exigences. Et que cela n’avait aucune influence sur les charges.
Sur la population mexicaine si. Car 90 % à l’époque, dont les milieux intellectuels, ont cru à la culpabilité de « la française ».
Dans le climat très tendu où de nombreuses familles sont victimes d’enlèvements suivis pour la plupart de meurtres, comment ne pas croire à ce que vous montre la police? En 2005 surtout avant les mouvements citoyens qui ont commencé à visibiliser la réalité sombre des implications policières et militaires dans de très nombreux délits. L’ONU elle-même ayant signalé des cas de torture, falsification, faux témoins…

Isabel Miranda de Wallace -s’était heurtée elle-même à l’inertie de la police qui lui  avait conseillé de porter plainte pour vol de la camionnette de son fils et non pour son enlèvement! Elle avait procédé à l’enquête aidée de deux membres de sa famille, jusqu’à faire arrêter les responsables secondaires de l’enlèvement tandis que les deux principaux suspects avaient eu le temps de se faire la belle. Evidemment cette femme à qui Calderon a remis le prix national des Droits de l’Homme le 15 décembre 2010, ne peut défendre des ravisseurs. Sans aucune étude du dossier de 5000 pages, elle clame dans la presse qu’elle est « sûre à 100% de la culpabilité de Florence Cassez. » Sa parole de mère affligée (personnage très mythique au Mexique dans le visage de la Llorona « la pleureuse ») a un impact incroyable.
 
Il faut dire qu’après l’intervention de Cassez à la télévision, GGL ne lâche plus sa proie:
Une otage, Cristina Rios Vallardes, qui n’avait pas reconnu la française dans ses premières déclarations, écrit alors au quotidien le plus sérieux du Mexique La Jornada (équivalent du Monde) pour charger Cassez. Rajoutant des détails scabreux et des plus incroyables (comment Vallarta amoureux de la belle jeune française aurait-il eu des vues pour cette ménagère rondelette?)
On saura par un avocat ecclésiastique qui en a eu la confession et ne peut citer ses sources, que cette Cristina Rios Vallardes n’est autre que la femme de ménage du troisième larron, Eduardo Margolis ex associé puis ennemi juré de Sébastien Cassez le frère de Florence. On n’imagine pas par ailleurs comment cette femme d’apparence timorée qui bredouille à la télévision, aurait pu écrire elle-même cette lettre à la Jornada. Sans qu’une (ou deux) âmes damnées ne tiennent la plume.
Mais l’impact est retentissant.
Voyant Cristina à  la télévision un marchand de légumes prétend l’avoir vu suivie par Cassez sur le marché : Manque de chance pour ce faux témoin, Florence Cassez était alors en France dans sa famille.
Le fils de Cristina, Cristian, 11 ans qui a dit regarder la TV tout le temps de son séquestre l’aurait fait dans un réduit sans aucune connection électrique. Le troisième otage Ezequiel qui a dit d’emblée avoir reconnu la française à son accent étranger, et sa façon de prononcer les « R » ment sur une tache prétendument de prise de sang par les méchants ravisseurs qui s’avère…tache de naissance! Ses dires après sa mise à l’abri aux Etats-Unis seront aussi mensongers, voire mythomanes : il se prétendra étudiant en droit, quand les journalistes enquêteurs vérifieront qu’il n’a jamais été inscrit nulle part. Et se demandent de quoi il vit. La réalité la plus solide c’est qu’il « rêve d’être policier » (sic) et que son oncle appartient à l’AFI dirigée à l’époque par Garcia Luna.

Sachant de surcroît le machisme ambiant dans les milieux de la police et les sphères gouvernementales et entreprenariales on peut imaginer la blessure d’amour propre ineffaçable de plusieurs protagonistes:
Felipe Calderon qui doit échapper à la Cour pénale et sauver son mandat.
Garcia Luna, bafoué devant tout le pays par une française qui remet directement en cause son honnêteté doit sauver son poste et son image de super-flic américain.
Eduardo Margolis à qui Sebastien Cassez a fini par échapper et eu gain de cause judiciaire en faisant jouer des influences aussi importantes que celles dont se targuait l’homme d’affaire, se venge par sœur interposée.
Et voici un autre aspect de la manipulation dont peut être l’objet Isabel Miranda de Wallace.

En effet Margolis a plusieurs entreprises de sécurité et un bureau de négociation avec les ravisseurs. Il a négocié, sans succès, dans l’enlèvement de Fernando le fils d’Alejandro Marti évènement très retentissant au Mexique. Mieux armé que la police, il côtoie à la fois celle-ci et des ravisseurs. D’après Florence Cassez à l’époque où elle travaillait pour lui, chez Radiancy l’entreprise partagée entre son frère et Margolis, il se serait même vanté en riant de prendre des otages pour faire marcher son buiseness. Humour ou réalité? Ce détail serait à vérifier. En tout cas il passe son temps à la SIEDO siège de la police Fédérale d‘investigation contre la délinquance organisée, où il se trouve comme par hasard le soir de l’arrestation de Florence Cassez, et à chacun des moments clé de l‘affaire (vérifications de ses heures d’entrée et sortie par les auteurs du livre Peines mexicaines).
Luis Cardenas Palomino un second de Garcia Luna à l’AFI dit à Florence au moment de l’arrestation en l‘empoignant par les cheveux : « avec ça Margolis te tient ». (la traduction reste soft). Un autre policier le surlendemain de l’arrestation tabasse Israel Vallarta au siège de la police et lui disant « t’as le bonjour de ton juif préféré. Si tu parles tu es mort, ta femme et tes fils aussi. »
Margolis ex agent du Mosad fournit en effet des armes et munitions à la flotte mexicaine. Il siège à Polanco quartier des ambassades. Dans une interview à EnlaceJudio Miranda de Wallace se vante : « mon meilleur ami dans la communauté juive est Eduardo Margolis. Nous avons mené des batailles en commun. En plus de sa très haute compétence dans le domaine de la sécurité c’est aussi un homme très engagé dans la lutte contre les délinquants et dans de nombreux domaines, comme moi. » (on peut penser que Wallace Institutrice entend par là les domaines de la Formation et le Collège juif dont Margolis se préoccupe depuis peu -soucieux de redorer son blason?- Pense-t-elle au domaine « Cassez »?) Lorsque le journaliste lui rappelle que le ravisseur de son fils, Jacobo Talde faisait aussi partie de cette communauté, elle débite tous les lieux communs sur la judéité « les juifs sont travailleurs et intelligents ». Reconnaissant toutefois qu’il y a « des bêtes noires partout »
En tout cas elle déverse son énergie sur l‘affaire Cassez.
A tel point que L’ambassade de France a dû la rappeler à l’ordre, le 10/02/11 tandis que répercutant les dires d’une presse peu scrupuleuse elle prétendait que l’ambassadeur allait voir régulièrement Cassez dans sa prison!
La fin de la lettre annonce même une plainte à son encontre pour ces diffamations.

Depuis on sait que Miranda de Wallace en 2011 a dit au gouvernement français qu’elle ne s’opposerait pas au transfert de Florence Cassez  dans l‘hexagone, si l’on renonçait aux plaintes contre Garcia Luna devant la Cour Pénale Internationale. Une naïveté confondante et qui signe son influence!
Dans cette affaire très compliquée on pourrait donc penser que Margolis a écrit le scénario pour piéger d’un coup les Cassez et Vallarta témoin gênant de ses combines. Que Garcia Luna a été le metteur en scène et le producteur. Que Miranda de Wallace a joué la claque et soutenu la com.
Dernièrement c’est à la Cour Suprême du Mexique qu’elle s’est rendue. Tenaillant littéralement les deux prétendues victimes de Cassez et Vallarta. Cristina d’un côté, Ezequiel de l’autre. L’un comme l’autre le regard étrangement fuyant. Wallace au milieu fonçant et cherchant les caméras. Venant réclamer que l’on n’oublie pas la dure vie des victimes et qu’on repousse la proposition du Juge Zaldivar fondé sur les incohérences de la procédure d‘arrestation pour libérer Florence Cassez.
Et l’on voit soudain très curieusement les mêmes accusés de produire violence et injustice -voire comme Garcia Luna de collusion avec les cartels et d’enrichissement exponentiel*- jouer les bons apôtres. Le Ministère de la Sécurité publique et lui-même ayant versé  4 millions de Pesos à l’Association Mexique Uni contre la Délinquance dont fait partie Miranda de Wallace.
Felipe Calderon ayant peur que son Ministre Garcia Luna ne soit désavoué par une décision favorable de la Cour a aussi lancé un appel «en faveur des victimes ».

Mercredi cette Cour a statué contre la libération mais reconnu officiellement les irrégularités. Ce qui est considéré comme un progrès. D’autant que le rapport sera rédigé par la Juge Olga Sanchez qui s’est déclarée favorable à la libération. Les avocats français de Florence Cassez (qui n’ont peut-être pas conscience du danger pour leur cliente tant que ces personnages sont en poste) ont quant à eux porté plainte contre Garcia Luna devant la justice…française. On ne peut que saluer leur pugnacité.
 
Voilà donc « La Wallace » comme l’appellent aujourd’hui des mexicains furieux de ce gloubiboulga judiciaire et gouvernemental qui nuit à l’image de la justice de leur pays, prise dans des rêts dont elle n‘est pas prêt de sortir. Javier Sicilia fondateur du Mouvement pour la Paix interrogé sur  l’engagement politique de celle qui s’était jointe à son Mouvement, répondait dans sa bonté sans égal, que cette dernière saurait certainement faire respecter le point de vue citoyen. On craint bien que l’attitude farouchement hostile et les manipulations dont elle est l’objet n’aient hélas montré le contraire. Et que la citoyenneté n’aille pas chez tous de pair avec lucidité et rigueur
.
Si Vazquez Mota, qui fait l’éloge de Pinochet et qui a été très mal reçue au Chili par la jeunesse devenait Présidente de la République, (ce que voudraient les Etats-Unis pour continuer leur ingérence. Garcia Luna restant à la tête de l’American Police Community -Amerimpol jusqu’en 2013) et si Isabel Miranda de Wallace, qui ne se dit pas opposée à la torture des délinquants, devenait Ministre de la Justice, le Mexique pourrait définitivement s’attendre à des dégâts judiciaires encore plus considérables. Et plus que « la gestion de la catastrophe » annoncée par Javier Sicilia « quelle que soit l’issu du scrutin, » c’est carrément à un risque de dictature pénale que l’on pourrait aboutir.
Heureusement il existe aussi dans ce pays des juristes intègres, des journalistes courageux et des résistants incorruptibles qui restent sur le qui-vive.
 

*Comme le conclut le livre de la journaliste Anabel Hernandez menacée d’assassinat à la suite de ce travail. (cf l‘appel de Miguel Angel Granados Chapa à sauver cette journaliste. Trad. Pluiemexicaine)
Les complices du président 2008
Los senores del narco 2010
Anabel Hernandez a reçu la Plume d’or de la liberté 2012
Parcours « entaché d’irrégularités » de Garcia Luna Wilkipedia

Los-Complices-del-Presidente-Anabel-Hernandez2-195x300

Sur Edouardo Margolis reportage de Proceso 20/03/2012
Peines Mexicaines, des journalistes Anne Vigna et Alain Devalpo (ed.First 2009)
Florence Cassez A l’ombre de ma vie, autobiographie. Descriptions de Margolis  personnage inquiétant.
Témoignages de Sebastien Cassez à Anne Marie Mergier correspondante en France de Proceso (1647)
Récit d’ Israel Vallarta à Proceso (1692) Réponse de Margolis à Proceso (1697)

 Sur Isabel Miranda de Wallace
http://www.enlacejudio.com/2012/03/09/entrevista-a-isabel-miranda-wallace
Article www.legrandjournal.com.mx/…/isabel/ 19 janvier 2012 Isabel Miranda Wallace, activiste ou manipulatrice?
blogs.rue89.com/comment/2747884 Affaire cassez : le show au détriment de la vérité.
Mirandawparapresidenta2012/facebook

 

Article publié pour toutes et tous ceux qui croupissent injustement dans toutes les prisons du monde ce Vendredi Saint.

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires

Roger 10/05/2012 17:00

Israel dit dans sa deuxième déclaration qu'il était l'amant d'Eduardo Margolis. Margolis l'aurait fait inculper parce qu'il défendait Sébastien Cassez au lieu de le défendre lui dans le différent
qui opposait Sébastien Cassez et Eduardo Margolis Donc Margolis aurait fait d'une pierre deux coups en faisant arrêter Florence et Israel : Florence pour se venger de Sébastien et Israel pour avoir
défendu Sébastien et pour éviter qu'il ne révèle ses petits secrets.
Ce qui est sûr c'est que ce Margolis kidnappait : dans sa première déclaration, Ezequiel dit qu'il a entendu le bruit d'une Cb de la police et le leader du groupe qi l'accompagnait a demandé à
d'autres personnes d'éteindre "el radio de la patrulla", "patrulla" signifiant voiture de police. Voiture de police qui aurait pu être utilisée par Margolis.
Aux dernièresnouvelles la Wallace pourrait se faire embaucher par Mancera au DF… Le PAN qui se fait embaucher par le PRD ! Collusion ?
Ensuite le fils de la Wallace n'est pas mort. Selon certaines sources il vivrait au Canada en tant que témoin protégé de l'Interpol : il aurait dénoncé toute une bande de narco-trafiquants pour
lesquels il travaillait, ce qui expliquerait son arrestation à l'aéroport de Mexico en 2002 pour contrebande d'argent liquide (il transportait alors plusieurs dizaines de milliers de dollars).
Pourquoi croyez-vous qu'on n'a toujours pas retrouvé son corps et encore moins l'arme du crime ?
Le gouvernement de Calderon est encore plus pourri qu'on ne le pense. En fait ce serait le Chapo Guzman qui contrôlerait le Mexique, Calderon n'étant que son employé.