Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 07:24

  cuca

 

Quand l’équipe de désinsectification a sonné ce matin armée de son pistolet tueur, j’émergeais des brumes du sommeil. J’avais terminé tard le polar cubain de Carolina Garcia Aguillera Miracle au Paradis  et mon esprit vaguait entre cette histoire de nonnes allumées et les amours fashion de la détective. Au jeune homme qui se présentait, je demandais un petit coup du côté de mon bureau. Et quand son grognon collègue renacla j’insistais : Depuis deux ans de mini cucarachas apparaissaient de temps en temps chez moi. Ex nihilo, à moins que sorties de mon cactus marvillioso, ou encore de ma tendresse pour la célèbre blatte mexicaine.

Le jeune homme passa outre les dénégations de son collègue. Puis tandis qu’il me faisait signer le passage il remarqua « vous aimez beaucoup les choses mexicaines ! »  C’était notable dans mon appartement où flotte la bandera entre un livre de Gabriel Vargas et la photo de Sebastiàn sur la pyramide de Monte Alban dans l’attitude d’un petit Bonaparte, découvrant combien de siècles le contemplent.

J’expliquais au jeune homme à"bigotes" naissantes les raisons de mon attachement. Il dit alors qu’il adorait le Mexique, ayant filé très longtemps une amour mexicaine. Et je souhaitais intérieurement qu’il puisse retrouver un jour ce pays. Dans les causes d’immigration le Ministère de l’Intérieur oublie toujours l’amour. Un peu de Glamour dans les stats ne ferait pourtant pas de mal!

La cucaracha m’accompagna donc en cette journée de pluie glacée qui me rend nostalgique de la pluie Mexicaine.

Les français qui ne connaissent que ce refrain amusant repris par Tino Rossi tombent des nues en apprenant que cette  sonorité dansante désigne le cafard ! Ce cafard qui en raison de sa noirceur donne son nom au spleen français. Avoir un cafard noir : Quelle horreur ! Le blues gringo au moins se chante . Le cafard lui s’écrase d’une semelle rageuse s’il s’aventure dans les maisons. Quel cancrelat.  Et résistant avec ça. Aux radiations mortelles, conditions météo extrêmes  et même avec la tête coupée pouvant survivre plusieurs semaines.

Mais la Cucaracha c’est autre chose. Bien sûr c’est la même Blatte de l’ordre des blattoptères. Enfin la même famille vieille de 400 millions d’années sur la planète et riche de 4000 espèces. Il est vrai qu’au Mexique il s’agit surtout de la Periplaneta  americana.

cuca2

De l’insecte familier de l’habitat méditerranéen tenu à l’ombre, à la chanson, il n’y a qu’un do. La Cucaracha née au moment de la guerre contre les Maures, fut -il apportée par un marin « dans son bagages avec bien d’autres chansonnettes » comme prétend l’écrivain Joaquim Fernandèz de Lizardi dans La Quijota y su prima.

Et comme au Mexique tout se transforme et tout s’adapte,  «  la Cucaracha qui ne peut marcher droit parce qu’elle n’a pas fumé sa marijuana » devient moqueuse et politique.

Ici chantée par les partisans de Benito Juarez en lutte contre Maximilien, puis pendant la Révolution. Une strophe à la mémoire de Porfirio Diaz héros de la guerre contre les français. Parfois fêtant le départ de Victoriano Huerta suspecté de fumette, avec ses lunettes noires et sa démarche  hésitante. Elle représente parfois Pancho Villa lui-même avec les bras  et jambes dépassant à l’extérieur d’une voiture cahotante. Une autre version sur Zapata, bien sûr.De toute façon une résistance.

D'ailleurs les résistants français de Londres l’avaient d’ailleurs mise au goût du jour : « Radio Paris ment, Radio paris ment, Radio Paris est all’mand »

Nul doute qu’un rappeur des Lions de la Sierra Gorda ou des étudiants de Guerrero, pourraient bien s’en servir pour taquiner le nouveau président ou un gouverneur en vue.

Chantée aux touristes qui ne sauraient comprendre goutte aux complexités politiques mexicaines, La Cucaracha revint en Europe comme un refrain plaisant particulièrement dansant. Tino Rosi chanteur le plus français de Corse en fit sa version. Et des français la miment même pour accueillir une belle Mexicaine venue enrichir de son noble sang une famille française.

Ainsi voyagent les chansons, merveilleux effet de ce que d’aucun appellent la mondialisation et que je dirais simplement flux et reflux planétaires.

 

La Cucaracha, la cucaracha

Ya no puede caminar

Porque no tiene, porque le falta

Mariguana que fumar.

 

Ya murio la Cucaracha

Y a la llevan a enterrar

Entre cuatro zopilotes

Y un raton de sacristan

 

Con las barbas de carranza

Voy a hacer una toquilla

Pa’ ponersela al sombrero

De su Padre Pancho Villa…

 

 

 

Autre version :

La Cucaracha, señores,

Siempre fue una mascotilla

Y ademàs  linda muchacha

Que llevaba Pancho Villa.

 

 Version leste :

Las mujeres son el diablo

Parientes de Lucifer

Se visten por la cabeza

Se desnudan por los pies

La Cucacracha…

Las mujeres de mi tierra

No saben ni dar un beso

En cambio las mexicans

Hasta estiran el pescuezo

 

La Cucaracha…

 

Le jazz a apprécié ce rythme dynamique et se l’est réapproprié :

Louis Amstrong dans son disque Gold où figure aussi Mexican swing

Et le véloce Charlie Parker qui lui donne des ailes

Une version gitane de Gipsy Latino

Une version d’abord gentille un peu moins soft sur la fin de Los Machucambos

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires

more 02/01/2015 10:23

It was as interesting as the title of the article to read this. La cucaracha was actually a folk corrido, which I came to know after a bit of searching on the internet and learning about its origin. This is why they say that arts and culture do have great importance in building a society.

pluiemexicaine 22/01/2015 16:11

Gracias for yours coments always full of entousiasm. Please sorry my bad english