Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 09:36

 

l'archeolgue

 

L’INAH de Teotihuacan vient d’annoncer la découverte au sommet de la pyramide du Soleil de la statue du Dieu du Feu et deux stèles intéressantes.
Les 3 pièces se trouvaient enfouies dans une excavation d’environ 5 à 6 m de profondeur au sommet de la pyramide.
Huehueteotl, dieu ancien ou dieu du feu, en andésite grise, pierre volcanique, mesure 58 cm et pèse 190 kg
Les stèles respectivement de 2,56m et 1,40m, 950 et 300kg.
Découvertes fin décembre dernier qu’ il a fallu descendre avec grand soin des 66m du sommet  de la Pyramide.
Nelly Zoe Nuñez archéologue chargée d’investigations dans ce secteur pense que le sommet avait été recouvert sans fouiller, il y a un siècle par Leopold Bartres premier archéologue mandaté par Porfirio Diaz pour entreprendre des recherches sur ce site historique et symbolique majeur.  Et Alejandro Sarabia Gonzales, conservateur du Musée de Teotihuacan explique au micro de Noticias MVS que la statue « provenait sans doute des pièces du temple situé au sommet de la pyramide, que pour une raison de désacralisation les habitants auraient dispersées dans la ville. »
L’âge de Huehuetéotl  se situerait entre le IIIè et Vè siècle de notre ère.

De belles découvertes ont été réalisées à Teotihuacan qui comporte un musée impressionnant. Entre 2008 et 2010, il s’est agit de puits dont les strates permettent de dater les différentes périodes (puits stratigraphiques). Ainsi qu’un dépôt d’objets parmi lesquels l’offrande de consécration de la pyramide.

Dans certaines civilisations indigènes de l’Amérique du Nord, comme les Navajos, on appelle Voleur de temps celui qui fouille les tombes. Et par extension l’archéologue. Un roman bien documenté sur la question de Tony Hillerman porte ce titre.
Et pour avoir assisté à l’ombre d’un olivier à la fouille d’une tombe dans les vignes de l’Hérault, je m’autorise une autre vision.
Deux creuseurs, s’affairaient minutieusement et l’archéologue assis au bord, dessinait et notait. Puis recueillait un vase de verre par tessons qu’il reconstituerait ensuite, ainsi que de petits flacons destinés aux larmes. Ce fut un moment d’intense émotion.
Qu’auraient pensé la famille de ces morts? Nulle n’était plus là pour le dire. Evidemment sur des territoires sacrés les peuples devraient avoir leur mot à dire sur les fouilles. A fortiori lorsque les momies s’en vont à l’autre bout du monde dans un musée que les intéressés auront peu de chance de visiter. Mais il semblerait- hormis les pillages toujours possibles et lucratifs- que l’archéologie ait revu la question depuis un moment déjà.


Passant à Teotihuacan avec un cardiologue péruvien, amoureux de Marseille, et spécialisé dans les maladies cardiaques dues à l’altitude chez les enfants, j’ai assisté à l’hystérie touristique au sommet de la pyramide, où certains new-agistes ne montent que pour « recharger leur énergie » et fantasmer allègrement sans même admirer alentour ni les collines avec ces villages où des habitants fabriquent des petites reproductions qu’ils viennent vendre sur place, ni la configuration du site, ni même ce grand père qui malgré ses difficultés à marcher conduit lui-même son petit fils sur ce lieu ancestral jadis sacré.
Plus tard me dirigeant avec mes deux celtes vers la pyramide du Serpent à Plumes, j’assistais à une scène d’archéologie ordinaire. Des hommes forts creusaient et colmataient, « plutôt pas trop mal payés »me dirent - ils, tandis que sous son panama assis devant le puits, un archéologue, mexicain celui-ci, dessinait et notait sur son cahier.
Partout le même geste. Partout pour remonter le temps, non pour le voler mais pour le comprendre. Comprendre le temps des hommes, de notre espèce aux rites bizarres. Puis l’ayant abordé avec intelligence et émotion, le restituer à ceux qui n’iront pas fouiller, ou peut-être un jour, ailleurs.
Même moment intense et suspendu, dans le parcours des chercheurs. Tranche stratigraphique de la vie d’un archéologue.

 

 

Foto-Cortesía-INAH-Conaculta-RML-685x457

Photo INAH

INAH Institut National d’Anthropologie et d’Histoire

 

site intéressant et sérieux avec un long exposé sur l'archéologie de Teotihuacan de Natalia Moragas et Alejandro Sarabia

link

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires