Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 13:09

Depuis 1995 on ne compte pas les atteintes aux paysans défenseurs de bois dans cet état mexicain. Un rapport chronologique de S!paz fait état de cette incroyable "abattage".

  

En 1995 en effet le gouverneur de l'état Ruben Figueroa passe un accord avec Costa Grande Forests products filiale de l'entreprise canadienne Bosque Casacade qui exploitait jusque-là les forêts de la région. Le trust qui en sort se nomme Union de Egidos Ruben Figueroa. Un titre en apparence sympathique et bien inscrit dans la vie locale. Ejidos désigne en effet les communautés paysanes de Guerrero.

On pourrait parler de prise illégale d'intérêt ailleurs. Ici tout semble normal. En mars 96 le Gouverneur présumé responsable du massacre d'Aguas Blancas (tout une communnauté éradiquée) cesse ses fonctions. Mais le commerce du bois et exactions contre ses défenseurs s'intensifie. Le CIDH enquête mais le gouverneur et ses principaux collaborateurs sont exonérés). 

 

Les communautés normalement propriétaires de 80% de la surface silvicoles perdent 40% de leur espace forestier, soit 90 mille hectares. Le chiffre passera à 160 000 hectares en 10 ans. Elles organisent alors la résistance. En 98 se crée l'Organisation des paysans écologistes de la Sierra de Petatlan y Coyuca de Catalan (OCESP).

Dès lors en peu de temps sont torturés et tués 10 représentants. Emprisonnés par le gouvernement estatal. Réprimés pour réclamer leurs droits. 

  

L'un d'eux Rodolfio Montiel finalement sorti de prison sous la pression d'Amnesty Internationale mais tristement exilé aux Etats Unis loin de sa famille, s'est exprimé récemment dans un article de El Sur signé Carlos Rosendo Betancourt Rodilla 13 septembre 2011. Il  met en cause à nouveau Union de Egidio Ruben Figueroa notamment a travers son ex dirigeant et membre Bernardino Bautista Valle. Ce dernier est aussi selon Montiel informateur de l'armée mexicaine: "Ces personnages ont tout fait pour maintenir leurs privilèges de caciques locaux au travers de gains multimillionnaires dans la surexploitation forestière". Dans un article du 14/04/2010 Jose Alberto Betanzo Salgado montre que L'ex gouverneur "grâce à son monopole","contrôle et manipule les institutions gouvernementales avec entre autre toutes ces barbaries contre le pauvre état de Guerrero."

Or actuellement Marcial Bautista Valle (propre frère de Bernardino mais qui a toujours défendu sa communauté) président de l'OCESP, est l'un des deux écologistes paysans enlevés le 6 décembre dernier. Il a été enlevé tandis qu'il se rendait en Bus à Mexico à une réunion importante, avec une collègue coordinatrice Eva Alarcon Ortiz . Leur famille suggère lors d'un article du 22/12/2011 qu'ils pourraient être vivants et que le gouverneur actuel de Guerrero Aguirre négocierait pour leur libération.

Par ailleurs un groupe de leurs amis, 17 personnes, prétendu enlevé après eux a reparu hier curieusement. Protégés, victimes d'intimidations, c'est le silence depuis.

 

Dans cette situation où sont entremélés tant d'élements apparemment opposés et tant d'intérêts exhorbitaux (même les statistiques d'exploitation forestière semblent minorés pour cet état) il est très difficile de trouver les véritables responsables et surtout de les faire juger. Ce qui serait le seul gage de justice et de fiabilité pour le peuple de Guerrero. La seule certitude c'est que les populations paysanes qui défendent leurs droits et leur environnement ne pèsent pas lourd face à ces machines à broyer que sont les lobbies capitalistes forestiers.

 

Aux abattages légaux et illégaux s'ajoute au Mexique la cascade d'incendies qui se sont déclarés en 2011.(On se rappellera notamment ceux de Coahuila. "Selon Juan Manuel Torres Rojo directeur de la Comission nationale des forêts (Comafor)" dans un passionnant article d'Isabel Argüello pour Contralinea, "en 2011 12 042 incendies ont dévasté sur le territoire Mexicain et "ont affecté 954 000 hectares".

Il semblerait que beaucoup aient intérêt à remplacer ces bois inhospitaliers aux citadins par des activités agricoles intensives et par des terrains immobiliers bien plus juteux. Au Mexique la moindre parcelle libre devient une ville de 100 000 âmes en peu de temps. La demande de logement étant évidemment forte et sa réalisation anarchique à la merci des promotteurs plus qu'indélicats.

2011 qui avait été déclaré par l'ONU année Internationale des bois! (Résolution 61/193).

"Pour la député Maria Araceli secrétaire de la commission milieu ambiant, les lois ne sont pas respectées pour favoriser un secteur entreprenarial très important. A côté duquel ne pèsent pas lourd le respect et la protection de l'ecosystème."

On le voit la place des défenseurs de bois se situe parmi celle des défenseurs de droits humains fondamentaux, pour que notre monde demeure ou redevienne respirable.

 

 

linkDéfense des bois à Guerrero depuis 1995, chronologie de la résistance et de sa répression: 

www.Sipaz.org/crono/gcrono_fr.htm

    

 

Sur déforestation générale au Mexique (article Isabel Argüello): 

http:// contralinea.info/archivo-revista/index.php/2011/12/21/mas-de-775-mil-hectareas-de-bosque-devastadas/

 

Panorama mondial de déforestation  (article de Christine Hauguen) :

http://www.delaplanete.org/Tyrans-et-resistants-de -la-coupe.html  




P1060009

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires