Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 15:31

 

 

durasnos

Ce monsieur devant son étal d'abricots à l'angle de la cathédrale, au milieu des milliers de passants, de mexicains allant à leurs affaires et de touristes avides d'images fortes, représente pour moi la serenité du peuple mexicain.

Autour les vendeurs d'artisanat indigène "made in china", rebozos "made in equateur", ou faits à la chaîne dans des ateliers esclavagistes modernes, tentent de gagner leur vie. Le releveur de compteur passe de temps en temps, un idigène à cheveux long blancs, qui a davantage l'allure d'un sbire que d'un promotteur social, et sa venue n'entraîne jamais le sourire sur le visage. J'ai pu assister en direct à des échanges. Là aussi règne la loi du plus fort. Un peu plus loin les grands podium du showbiz. Si sembllables dans le monde entier. Et les camions de Loreal Paris qui drivent des distributrices d'échantillons de collagène frisant pour engraisser madame Bettancourt, pour quelques pesos ces femmes ont des journées épuisantes.

Mais ce monsieur lui ne demande rien à personne. Son étalage et son siège rudimentaires ne lui ont pas demandé de gros investissements, mais un beau papier de crépôn bleu met en valeur les piles d'abricots minutieusement élaborées.

Dans sa main un petit carton pour noter sa recette. Son tablier est propre. Pareil à un moine tibétain, silencieux, il attend. On a envie d'acheter ces abricots.On les achète.

On ne sait rien de ce monsieur. Mais on approche dans sa patience, dans la minutie de son commerce, un pan important de l'âme mexicaine : celle de vivre, de survivre, coûte que coûte avec toute sa force intérieure. Ce n'est pas un agité. C'est la force de cette part du peuple qui ne fraye pas avec la violence. Qui pourrait aussi donner des leçons de sobriété aux décroissants français. Qui est là où il doit être : vendre ses abricots quand ils sont mûrs.

Beaucoup de lassés du capitalisme cherchent à réinvestir ces valeurs. Des millards de personnes dans le monde. Qui ne demande qu'à goûter la lumière du jour. Chaque jour dans la paix d'un monde où chacun aurait sa place.

Aussi pour ce monsieur, pour toutes et tous, il faut que les politiques ne cherchent pas midi à quatorze heures, qu'ils fassent en sorte que les peuples puissent vaquer librement sur la terre pour faire ce qu'ils ont à faire, leur tâche de vivant, en paix. La tache des politiques n'est pas démesurée, en fait : seulement garantir la paix de ceux dont ils prétendent se charger.

Pour cela ils doivent s'attacher à diminuer les différences économiques sources de violences. Respecter la dignité de chacun et rendre une juste justice. Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. Au vouloir bien orienté, s'entend.

Comme ce vendeur d'abricots un matin sur le Zocalo.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires