Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 18:11

thBonnet2

 

Thierry Bonnet 50 ans avocat, engagé à la Commission des droits de l'homme et Consul honoraire de Mexico a su dynamiser et fédérer autour de lui la communauté mexicaine rhône-alpine.

Il arrive au stand du Consulat ce 8 juin avec des verres rouges et verts, assortis à sa corbata (cravate nouée) traditionnelle, très sophistiqué et amène. Un peu plus tard avant le départ du défilé des bannières il renoue le drapeau qu'il arbore fièrement et dont il s'honore de l'avoir fait flotter sur le "Zocalo Bellecour" lorsque le Consulat s'y est installé.

 

Depuis 4 ans cet homme inlassable qui "connait peu la non activité" a réussi à la faveur de prolongements de passeports à établir une mail-list et à diffuser régulièrement les nouvelles susceptibles d'intéresser la communauté mexicaine.Nouvelles de l'Institut du Mexique à Paris, des expositions, pièces de théatre, conférence et des évènements auxquels participent des mexicains. Diffusion du magazine économique Mexico.

Sa fonction de Consul Honoraire s'ancre dans un amour profond et irrepressible du Mexique.

 

Son premier contact avec le Mexique?

 

- En 88 à Lyon avec des étudiants mexicains. Auparavant mon intérêt allait plutôt vers l’Italie. Je suis aussi avocat à Milan. En 1990 mon premier voyage pour retrouver ces amis mexicains. Sans beaucoup d’expectative par rapport au pays. Et là, j’ai pris le pays en plein cœur. Un peu comme Jean-Claude Carrière qui a écrit ce merveilleux Dictionnaire amoureux du Mexique. Je voyage beaucoup mais c’est le seul pays qui me nourrit à ce point. Et chaque fois que je rentre au Mexique – (lapsus: comme si j’étais là bas chez moi !) cela se reproduit. Peut-être étais-je mexicain dans une autre vie ? Comme Comte Sponville je suis "un athée spirituel".

Mais le Mexique est le pays de la pensée magique. Il m’arrive d’avoir des émotions non maîtrisables. Quand je regarde un documentaire. Là ou d’autres ne voient que cela, tel ou tel détail me parle infiniment, me rappelle un souvenir précis.

Toute la vie artistique, aussi : la musique. En France (à part dans le Tarn ou en Savoie (ouù les jeunes connaissent tous étoile des Neiges) on a oublié les chansons. Au Mexique les jeunes les savent, les chantent, les réadaptent, les actualisent, tout se mélange, avec le rap par exemple.

Le Mexique est une leçon de courage. Si loin du puritanisme sécuritaire qui envahi tout aujourd’hui ici. « Es la vida que te mata » disent mes amis. C’est la vie qui te tue ! Et certes ce n’est pas la longueur de la vie qui compte mais sa qualité. Un peu comme le boudhisme parle du Grand Véhicule. Je crois qu’il faut entretenir le véhicule. Et vivre de belles interactions avec le paysage !

bebemaria

 

mariach

 

trad

 

père durango

- Depuis que vous êtes là chaque année la communauté Mexicaine de Rhône Alpes est de plus en plus nombreuse. Comment avez-vous procédé pour la fédérer ?


-  Les Mexicains grâce à Dieu ne sont pas des exilés, comme d’autres pays d’Amérique Latine suite aux dictatures. Ils sont là par amour, ayant fondé une famille franco-mexicaine, pour leur travail (dans des entreprises qui oeuvrent avec le Mexique) et dans des entreprises françaises de haut niveau technologique. Ils sont étudiants en master ou doctorants ou chercheurs (les pôles scientifiques à Lyon ne manquent pas !) Il s’agit donc d’une classe relativement aisée qui n’a pas de problèmes. Ils sont autonomes et ne se cherchent pas spécialement. Pourtant ils sont fiers de leur pays et heureux de le représenter aux fêtes Consulaires.

Je n’ai pas de recensement mais depuis 4 ans à la faveur de renouvellement de passeports, j’ai établi une liste de diffusion. Qui fonctionne plutôt bien. Petit à petit s’est créée une communauté.

 

défband

         

 

 

-  La Fête des Morts a été choisie cette année au pavillon consulaire, est-ce votre choix ?


-  C’est celui de l’équipe mexicaine, mais j’ai totalement approuvé. La Fête des morts est une des traditions les plus euristiques qui soit. Souvent à cette période j’admirais chez des amis les autels familiaux. Tous intimes et différents les uns des autres. Et puis douze jours après le décès de ma mère, qui m’avait attendu pour partir, j’ai mis sa photo sur l’autel des morts . Pendant trois semaines tous ceux qui passaient faisaient connaissance avec ma mère. Qui de ce fait était tout sauf morte. « Que guapa tu mama ! » disaient ils. Et ils me faisaient parler d’elle. En l’évoquant, en racontant des anecdotes oubliées je suis rentré avec un deuil sucré : Un gain de temps considérable sur le processus de deuil !

 

THBonnet

 

-  Vous doit-on la présence du Maître Wirikuta Francisco Benitez de la Cruz qui présente les bijoux en perles et dirige l'atelier artisanal?


-  J’ai répondu à la demande de Pati une dame mexicaine qui souhaitait le faire venir. Grâce à des relations avec Myriam Moralès, le musée Conaculta et le musée de traditions populaires de Coyoacan.

Le rôle d'un consul honoraire est de créer des liens. D'entretenir le réseau. Thierry Bonnet y excelle avec simplicité et intelligence. Le Mexique au Coeur.

 

symb

 

Adresse du Consulat Honoraire du Mexique

6 place Bellecour

69002 LYON

ouvert du Lundi au Vendredi de 9h à 12h.

 

Site tout nouveau des Mexicains de Lyonmexicanosenlyon.aalto.fr

link

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires