Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 14:46

Mexico surrealiste
O como sobrevivir en una ciudad loca
1 la folle journée du deposito
booking com c'est parfait mais pas pendant les visites de Francisco au Mexique!
Sans compter qu'on entend toute la journée 'tourner les hélicos', voilà t-y pas que l'hostel de San Cristobal de las Chiapas vous réclame urgemment eu égard à la forte demande par mail à 10h du soir, de déposer 50% de la location sur un compte bamcaire. En espèces.
Très bien. Vous vous mettrez dès le lendemain en quête d'un centre commercial Coppel seul lieu possible de dépot.
Or donc vous prenez un bus bondé, puis un métro à Tasqueña direction Ermita oú est censé se trouver un Coppel. Vous sortez du métro. Hélas nul Coppe qui se trouve une station plus loin. Vous vous tapez derechef les escaliers du métro, sans ascenseur. Arrivé à Portales vous trouvez sans trop de mal le Coppel perdu entre les caleçons et le fromage oaxaqueño. Un vigile vous ouvre gentiment la porte. Vous indique que la banque est à l'étage. Hélas le Système ne marche pas. Mais attendez un ratito on le répare dans 5'. 2h après toujours rien. Vous discutez avec un vigile marié à une espagnole de Valladolid et père de 2 enfants. Il s'appelle Toledo comme votre chéri. Il est d'une grande intelligence. Cultivé il cite Darwin et Ortega de Gasset. Connait les plantes médicinales et le nahuatl. Est de Xochimilco. Vous en oublieriez le déposito!
Comme ça ne fonctionnera pas de la journée vous reprenez le Mo jusqu'à Viaducto. Le Coppel trône à la sortie. Vous respirez!!!
Monsieur Coppel ayant prévu un ascenseur vous appuyez sur le 1. Vous retrouvez au 4e. Le jeune crêteux sur son ordi vous dit de descendre au 2e car le rez-de chaussée est au premier! ( déjà vous doutez du sérieux du señor Coppel. Mais déposito oblige.
Au 2/1 vous cherchez entre les vêtements de Mama Bella, le guichet. Il est au fond à droite. Vous allez pour demander au premier de la file si on peut bien déposer là. Ce demi-vieux en pull à losanges bordeauxgris, vous fait un geste hostile de passer à la queue. Avant que vous n'ayez ouvert la bouche. Vous lui expliquez gentiment que solo una preguntaet que disculpe la molestia. Il réitère pire! Vous commencez à chauffer : Que pendejo! Et gagnez la queue où vous reitérez votre question à un crêteux aimable. Si si ici on peut déposer. Quand vient votre tour au guichet juste à côté du vieux qui lave on ne sait quel narcomenudo, vous demandez à payer par carte. Nenni. A retirer du liquide. Pas plus. Y a t-il un distributeur? Oui mais il faut resssortir du centre. Aller plus loin que le métro.
Vous redescendez au 2/1...la banque Santander vous paraît à perpète.
Vous retirez et revenez. La file a doublé. Vous patientez. La caissière se frotte le ventre . Vous lui conseilez une manzanilla peu sucrée. Elle vous dit que vous auriez pu payer en visa! Et regarde sa collègue de travers. Elle m'a prise pour une perdrix du jour! Vous dites. Ou une gringa. Vous dites que vous allez faire un tee shirt marqué No soy gringa.
Elle vous a fait marcher, la garce! Peut être les gringos l'ont renvoyée à son bario. Si ce n'est elle, un des siens.
Bref elle s'est vengée sur une vioque inoffensive aux apparences trompeuses. Vous donnez le n* de banque, illico on vous donne le nom du tenant du compte. Vous sortez 2 billets de 500. On les vérifie au toucher. Y en a des faux.
On vous passe le reçu sous la vitre et on vous bénit pour votre gentillesse. Oui on prendra la manzanilla. Adios sr Coppel ! Vous filez à votre rv. censé pour 2h à l'esplanade Benito Juarez station Venados. Vous devriez en 10' remonter et redescendre sur la bleue. Descendre à Ermita. Marcher. Descendre. Descendre plus bas . Marcher. Descendre. Demander si Venados c'est bien dr. Mixcoac. Et vous trouver coincé entre un gros pas bougeant et deux baiseurs compulsifs qui vont sûr attraper la maladie de la Alameda (pardon du baiser!). Ils se décolleront même pas pour vous laisser descendre. Vous avez des envie de pateada comme pour le vieux con et macho. Vous trouvez un Macdo. Ici c'est pas Oaxaca. Ici on vide pas le Macdo on l'accueilke à bourse ouverte.
Comme votre mobile ne fonctionne pas au Mexique, vous demandez à un joli couple gothique de'appeler votre fils pour signaler votre arrivée. Ils le font, vous le passe, refusent absolument un dédommagement. Et s'en vont elle avec ses cheveux roses, lui avec ses boucles ébène, gentils comme le sont la plupart des mexicains. Ca vous fait du bien.
Sous la statue du brave Benito un jeune guitariste classique fan de Roland Dyens vous prie de vous asseoir près de lui. Vous parle de sa prof normande. Des difficultés de carrière artistique ici. Du post-modernisme. Il vous donne son adresse fbk. S'appelle Jesus. Ca vous fait un bien fou.
Votre fils arrive chargé comme une mule sac + cartable dans le dos. Enfant de 5 ans endormi dans les bras. Reveillé à 6h du mat. Epuisé par ses 6h d'école. Vous vous dirigez vers une pizzeria pour restaurer tout le monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires