Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:30

Droits des travailleurs totalement bafoués
Cette étudiante travaille de 2h à 9 ou 10 h dans un café chic de Coyoacan. Le patron se targue de liens avec la communauté française. Mais il n'accorde même pas la 1/2 h réglementaire à ses employés. La jeune fille rentre épuisée et perd l'appétit car elle s'écroule pour dormir. En France un tel abus serait passible des prudhommes et les employés seraient dédommagés. Le Mexique qui a imité la France dans de nombreux secteurs, sa Constitution, sa Révolution, son architecture, son art, ferait bien de se pencher sur cette question du droit laboral, au lieu d'imiter son voisin d'en haut, esclavagiste il y a peu et plus soucieux de tours en or que d'humanisme!

Ces ramasseurs de poubelles travaillent sans gants. Le gouvernement de Coyoacan ne leur octroie que 2 paires/an! si on veut plus on doit les acheter sur notre paie. A peine suffisante pour régler leurs besoins familiaux. Avec un salaire minimum au prix d'un kilo de chicharon me dit un joyeux chauffeur de taxi dIztapalapa.
Ces maçons restaurant le plus vieux théàtre doivent venir le samedi pour des heures sup. Payées normales. Sinon ils perdent leur job. Et comme la main d'oeuvre ne manque pas!...
Comme le patron du parking du théàtre ne veut pas de grue qui prendrait de la place, ils doivent monter un toit comme les esclaves des égyptiens! L'ingénieur dit quils sont habitués!
Les femmes de ménage sont payées des cacahuètes. Font 4h de transport matin et soir pour venir assister des personnes âgées aisées (enfin plus aisées!)
Les retraités continuent à travailler jusqu'à épuisement car ils ne touchent que peu ou pas de pension. Même parmi les avocats de services publics.
Ce panorama n'est quun minuscule aperçu de la faillite des droits du travail dans un Mexique plein de ressources, véritable corne d'abondance guignée par tous les investisseurs.
Je laisse mes lecteurs chercher des chiffres et témoignages complémentaires. Le lendemain de ma rédaction je m'aperçois que La Jornada est à pic sur le sujet

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires