Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 14:54
Le serpent à plumes de Lawrence entre horreur et soumission

Je suis tombé chez un bouquiniste sur la première édition du roman de D.H.Lawrence commencé en 1923 sur les bords du lac Chapala, terminé à Oaxaca, et publié en 1926. La vision immédiate qu'a l'héroïne irlandaise Kate du Mexique est absolument négative. Saleté,grossièreté,culte de la violence et de la mort. Mais elle ne supporte pas plus son cousin américain ni les espagnols pseudo civilisés attirés par ennui et dégénérescence de leur âme dans ce pays.pourtant sa rencontre avec don Ramon et Cipriano esprits cultivés souhaitant réhabiliter le culte des anciens dieux va modifier en profondeur son être et lattacher au pays de Quetzacoatl. Lawrence s'est intéressé aux indigènes et a écrit un roman assez juste sur la fascination pour les étrangers. Ses propos nont rien à voir avec un quelconque racisme mais plutôt avec l'étrangeté présente au Coeur même de chaque humain, dans les contradictions de l'être. Lexpérience du mystère est avant tout charnelle.et sensuelle. Le bercement du lac et surtout la musique font partie du rituel.Les hymnes à Quetzalcóatl écrits par Ramon Lawrence sont de magnifiques hymnes à la vie des profondeurs de l'âme. Comme si l'auteur de l'amant de lady Chaterley avait expérimenté lui même cette relation hors des conventions avec l'Etoile du matin,coeur de Quetzalcóatl .

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires