Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 13:53
Le zocalo contaminé par des prédicateurs.

Après avoir chassé les ambulants autour de la cathédrale et les chamanes folkloristes qui encensaient les touristes et enchantaient les visiteurs internationaux,le gouvernement laisse cependant le zocalo au pouvoir de prédicateurs excités , prophètes de malheur qui empuantissent l'atmosphère du centre historique.

Armés d' un micro, autorisés à des décibels agressifs pour les passants,ils jettent leurs anathèmes comme les pires inquisiteurs. Toujours en groupe leurs ouailles occupent une large place autour d'un réverbère (à croire qu'il leur est destiné),la bible ouverte sur le genoux, surlignée,annotée-caviardée? Ils suivent leur gourou éructant devant eux. A chaque angle de la cathédrale capitaline côté 5 de Mayo et côté Monéda, ils siègent en permanence.

De temps en temps l'un d'eux s'agite et tous se lèvent pratiquant une transe de guérison. Leur fond de commerce des drogués et alcooliques et peut être quelques habiles figurants.

Invectivant les passants qui voudraient comprendre,ils s'en prennent aux athées, aux catholiques,aux laïques,aux raisonneurs. Un soir de manifestation pour Ayotzinapa où des parents éplorés par la disparition de leurs 43 fils,appelaient sur le podium à de profonds changements du gouvernement pou la paix sociale, ils continuaient à déverser ce qui dans le contexte faisait figure d'insanités.

Les ambulants survivaient de la vente de leurs produits certes made in China mais rappelant aux touristes (qui ne l'oublions pas font marcher le commerce!) des aspects culturo-historiques du Mexique. Les danses pré-ou pseudo préhispaniques non loin des vendeurs d'herbes médicinales évoquant un passé qu'ils pourraient approfondir en visitant le Templo Mayor dont le zocalo était en quelque sorte l'antichambre. Une vision de la fabuleuse Tenochtitlán pouvait faire réfléchir aux jeux multiples de la colonisation.

Ce commerce faisait surtout vivre-ou survivre-orientait une énergie,favorisait quelques échanges, sur un zocalo accueillant. Même si c'était aussi l'enjeu des collecteurs pas toujours bienveillants comme j'ai pu le voir en 2010. Aujourd'hui de maigres cactus du cóte gauche,décor de télénovela et des sculptures de Juan Marin côté Templo Mayor occupent les lieux. Au centre les reliefs d'une piste de ski artificielle et incongrue. Sur les bordures grises des parterres s'asseyent des mexicains épuisés par les distances de chez eux au centre, par les soucis qu'ils ne montrent pas, par des 48 h de travail hebdomadaire pour des clopinettes ou par l'inactivité qui les mine encore davantage. Mais ce n'est pas la télé Qui va les nourrir. Ni même la recette des photos -multas dont 43% ira à l'entreprise gestionnaire du système. Aussi entre ces mexicains sans avenir et quelques handicapés exhibant leurs moignons de genoux, ces prédicateurs hurleurs amplifient un effroi palpable chez les personnes avec qui on aborde le sujet.

Sans compter que les messages appelant la fin du monde sont loin de diffuser la concorde ou la paix sociale. Il y est toujours question du démon qui s'il existe est surtout dans le détail de cette tolérance gouvernementale.

Dans une République Fédérale laïque qui ne devrait pas imposer aux autochtones ni aux touristes ces gesticulations.

Non seulement le Mexique n'a rien à gagner de cette mascarade mais il est choquant de voir la liberté d'expression que s'autorisent certains au nom de Dieu. Et dans un pays où la guerre des cristeros n'est pas si loin,cela sème des relents de haine. Est-ce parce-que le président de cette république a cité la Bible comme le seul livre qu'il ait lu comme Georges W. Bush justifiant son intervention en Irak par la présence de lArmageddon entre Tigre et Euphrate? ( argument repris à l'envers aujourd'hui par le pseudo état islamique. Est-ce une idée du gouverneur du DF Mancera? C'est en tout cas une fort mauvaise idée. Car à la dévitalisation des centres ville (gentrification qui cache de colossaux intérêts financiers souvent liés à l'extrême droite)on ajoute l'anathème et la privation de déambuler en toute tranquillité pour profiter des merveilles architecturales et humaines de cette capitale mexicaine.

Bien préférable métro Allende les musiciens aveugles ou les excellents rockeurs à l'angle de Molina distillant une ambiance bon enfant. Mais la musique est une des premières phobies des fanatiques. A l'heure où la librairie Porrua de 5 de Mayo vient de fermer pour raisons immobilières et où on préfère abrutir les peuples par le commerce de narcotiques et d'emission lénifiantes plûtot que de les éveiller à prendre leurs responsabilités dans la marche du monde et à lutter pour sa préservation, cela n'a rien d'étonnant.

Les prédicateurs de malheur -comme les narcos de Guerrero- sont autorisés à semer l'effroi censé réduire les plus vulnérables au silence et éloigner les autres.

Mexico,heureusement a des réserves de vraie culture tant populaires qu'universitaires sur lesquelles on peut compter. Et les vrais éveilleurs ne braillent pas sur le zocalo mais oeuvrent discrètement du sud au nord dans la société entière.

Le zocalo contaminé par des prédicateurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires