Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 18:49

Un enfant de double nationalité n'a pas forcément la vie facile. Surtout en cas de séparation des parents. Dans ces cas là ils sont souvent un enjeu permettant à certains parents d'imposer leur volonté de puissance pour masquer des carences personnelles.
Il est donc parfois difficile pour le père ou la mère de leur parler au téléphone ou de les voir sur skype quand ils sont en voyage. En somme ils ne peuvent quespérer que leurs enfants vont bien!
Le refus de l'un des deux que l'enfant quitte le pays de résidence pour se rendre dans son autre patrie est aussi un problème majeur. Un vrai scandale même. Car cette double nationalité l' autorise à voir son pays et la famille qui y vit. Ses cousins du même âge qui le réclament, oncles,tantes et grands-parents.
Surtout lorsque l'enfant les connaît déjà et a pu nouer des liens. Nul doute que la privation rendra cette deuxième patrie plus fantasmatique et que cet éloignement aura un goût dexil quun jour ou l'autre il s'empressera de combler au grand dam de celui qui l'aura retenu!
Mais en punissant l'enfant le parent croit punir l'ex conjoint et en subira forcément un jour l'effet boomrang.
Pourtant on pourrait laisser aller et venir ses enfants entre le Mexique et La France, tous deux ayant signé la Convention de La Haye du 25 oct 1980.
Cette convention protège l'enfant contre une retenue abusive sur l'un des territoires. Cas qui ferait l'objet d'un retour immédiat.
Outre un cas connu du côté mexicain et apparemment réglé par diplomatie avant la réception du président en France on ne connait pas de rétention par parent français.
Les juges ont même souci de lintérêt supérieur de l'enfant, de son droit à établir des relations personnelles avec ses ascendants et avec la famille de chaque parent et droit à entretenir la relation. Les parents doivent donc respecter ces liens.
Il est bien évident que lon sera réticent à envoyer un enfant dans un pays en guerre ou un état où prévaudrait la violence.
Enfin en dehors des considérations juridiques les parents devraient comprendre que la vie leur a confié des enfants qui ne leur appartiennent pas. Et que cette vie parfois hélas décide pour eux.
Protégés par le droit, l'amour de chaque parent et un peu d'intelligence, les enfants bi-nationaux qui bénéficient par ailleurs d'un double patrimoine culturel et linguistique devraient entrevoir que les avantages de cette situation.

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires