Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 08:52

Liberté,Égalité,Suavité: La messe indigène au Chiapas Depuis la veille les familles arrivées du fond de la Selva, du Guatemala, Salvador, et de toute la République Fédérale faisaient tranquillement la queue aux abords du SEDEM. ( complexe sportif) de San Cristobal de Las Casas. Au pays de Fray Bartolomeo champion des droits indigènes aux temps féroces de la colonisation, tous attendaient des paroles d'amour évangélique et heureux d'entendre un pape parler sa langue officielle, chacune et chacun accourrait vers l'immense stade. Parfois un mot d'ordre et tout le monde courait. On allait faire pipi chez de braves habitants qui ne demandaient pas un peso. On y plaisantait gentiment. On cherchait à s'approcher le plus possible d'une entrée muni d'un billet officiel. On passait du froid de l'aube au soleil revigorant du matin. Une fois entrés -sans aucun contrôle - ce qui eut paru impensable ä un européen! on espérait en plein cagnard hélicoptère papal. Ovationné il arrivait à 10h-le 1/4. Peut-être déjà en tenue violette brodée de blanc par des mains artisanales. Le chant de bienvenue en tzotzil donnant le ton à cette rencontre exceptionnelle : Douceur des assistants, mélodie de langues natives, hymne à la libération. Après les délégations tetzales,tzotziles,zapotècas, mixtèques, nahuatls, otomies, mayas... Dans leurs précieux vêtements traditionnels, échangés les cadeaux d'usages, la messe alternait chants et textes castillans et indigènes. Chorales, orchestre universitaire, mariachis et même le point d'orgue étonnant ,cet air du Cancan du Moulin rouge si intégré dans la culture mexicaine. Le sermon était particulièrement attendu. Francisco rayonnant et comme lavé de sa sainte colère de la veille à Ecatepec, contre lincurie des gouvernants ( Peña Nieto passablement agacé dans son fauteuil blanc!), lança son injonction à ne plus subir doppression, à gagner l'égalité, à se libérer et à remplacer la violence par la paix. Paroles fortes et douces. Totalement politiques dans l'état le plus indigène mais aussi le plus pauvre de la RF. La foule n'applaudissait pas comme au DF. On était davantage dans la réserve des gens d'ici. Emotions profondes comme la selva Lacandona, rires silencieux, force intérieure. Malheureusement aux entrées la police fédérale repoussait dultimes arrivants venus sans doute de 8 ou 10h de route. Le responsable en cravate jaune s'énervait contre les fliquettes, donnait des coups de fil, et des coups dépée dans l'eau. Il laissait seul face à la foule pressée de communier un pauvre policier désemparé que nous avons dû conseiller du haut de la tribune de presse, pour éviter un rush catastrophe. Sur cette tribune, éloignée de la cérémonie,seuls les énormes objectifs lune, de Televisa ou de TV Vatican ou MVS noticias arrivés tôt pouvaient filmer les détails. A l'arrière sur leurs PC ou au téléphone,ou posés et silencieux, les scribouilleurs. Beaucoup d'émotion aussi, des larmes même sur cette tribune sous laquelle passerait le premier pontife jésuite, intelligent, souriant et doux de coeur. Fichtre que ça faisait du bien! On supporterait bien les 2h à pied du retour, chargée des couvertures ponchos et anoracks prévus pour la nuit. On arriverait trop tard pour voir Francisco et Raul Vera ressortir de la cathédrale avec les malades et après sêtre recueillis tous les deux sur la tombe de Don Samuel Ruiz, evèque du Chiapas, inlassable défenseur des indigène,très mal noté à Rome en son temps. Mais appelé affectueusement Tatik ou Totic (Papa) par les humbles de San Cristobal. Francisco partirait ensuite jusqu'à Tuxcla, capitale de l'état avant de remonter vers Michoacan terre de violence et vers Ciudad Juarez pour parler aux migrants et victimes. Fatigué, les traits tirés, dans le soleil couchant sur un Rio Grande bien réduit il rejoindrait ensuite Rome. Où on lui souhaite de digérer toutes ces émotions mexicaines. Mais un argentin s'y connaît en dictature... Merci Francisco pour ta visite au pays de tant de traces que la conquête des rois très catholiques auraient bien voulu effacer et qui vibre chaque jour dans des millions de frères humains. San Cristobal de las Casas Chiapas Le 18 février 2016

Liberté égalité suavité: La messe indigène de Francisco aux Chiapas
Liberté égalité suavité: La messe indigène de Francisco aux Chiapas
Liberté égalité suavité: La messe indigène de Francisco aux Chiapas
Liberté égalité suavité: La messe indigène de Francisco aux Chiapas
Liberté égalité suavité: La messe indigène de Francisco aux Chiapas

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires