Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 03:45

Héritage du boudhisme zen cette philosophie venue du japon s'est propagée à Mexico à partir des USA par la ville frontalière de Mexicali en 72. Son fondateur japonais est Kakutaro Kubo persuadé du bienfondé du boudhisme sur la société laïque. Le Mexique compte actuellement plusieurs milliers de membres. Avec des antennes locales à Puebla Guadalajara, Monterrey et San Luis Potosí. Le principe de base est la recherche d'harmonie. Pour soi et les siens. Avec un travail de psycho-généalogie. Livre de noms posthumes des ancêtres incluant la lignée maternelle ce qui n'est pas le cas dans la traddition japonaise. Passablement machiste. Une ouverture paritaire et plus humaniste qui amène sans doute plus de femmes que d'hommes aux réunions du Reiyukaï. A Mexico celles ci se déroulent une fois par mois dans la colonia del Valle, rue Luis Savinion. Un autel (photo interdite! me somme une des responsables) un portrait du fondateur. Des lectures de soutras du Lotus. Des commentaires peu intellectuels mais orientés vie quotidienne. Des récits de difficultés relationnelles résolues grâce à la pratique. L'humour y peut apparaître sans ombrage. Des chapelets de bois boudhistes. Des mantras. Pas de chants... Suit un buffet au bon vouloir des membres. Chaleureux. Chaque branche est sous la responsabilité d'un membre qui invite des nouveaux venus. On leur donne d'office une carte de membre ce qui est un peu gênant et on les prie de se présenter. L'assemblée applaudit. Comme à l'église les nouveaux paroissiens. Plusieurs membres sont allés au Japon. Parlent le japonais. En France (dans les Charentes) on remet en cause certains recrutements mais le Reiyukaï ne fait pas partie des sectes considérées comme dangereuses. C'est une forme laïque et soft du boudhisme. La méditation en est un des fondements. Dans un monde stressé cela ne peut pas faire de mal

Reiyukaï Mexico

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires