Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 14:05

Revenir ici est un événement majeur.
La valise chargée de vêtements et chaussures oubliées par les mexicains et qui prennent le vol du retour. Les vêtements d'été en plein hiver. Les sandales. Quand il neige à Paris...
L'avion surtout rempli de touristes. Quelques mexicains résidant en Europe.Et un éleveur Catalan pro Podemos venant faire connaissance de la famille de sa fiancée.
Dans les couloirs d'énormes russes vont et viennentcomme chez eux souffle le Catalan. Ouvrant sans cesse les coffres a bagages. Cela ne dérange ni le bébé zen ni le garçonnet qui dessine,regarde des films et s'endort pile à l'heure européenne de son coucher habituel.
A l'aéroport passé épuisante récup. des valises, la file énorme de la migration et de la douane ( Mexico mégapole méga files!) la séquence émotion: Mon petit fils qui rompt les barrières pour se jeter dans mes bras.
Ensuite le taxi sécurisé. Les avions rasant le périphe. La nouvelle location dans un nouveau quartier. Quelque part entre la petite Ourse et la Licorne. Ben oui ici on est poète. Et la présidente mondiale des astrophysiciens est mexicaine.
Dans le ciel quelques pétards et hélicos. Le coucher dans une chambre sans chauffage. Entortillé dans ses rebozos de laine.
Le lendemain marché du cru. Odeurs de mangue et goyave. Mandarines un peu pouraves. Rue rayonnante de couleurs. Chaque maison différente. Bruit des métiers . Cri du gazier, du paris, cloche du trieur de poubelles, sifflet du rétameur.
Hurlements des voitures de shérifs.
Transports en commun blindés. Peseros joyeux. Tasqueña. Metro surchauffé. Centre ville très animé du samedi.Madero Bombay même densité de populo. Groupe de rock, groupe des musiciens aveugles à Allende. Baladins.Hipopeurs...indigènes mendiant. Agents de circulation en pagaille ( nouvelle loi Mancera). Propos anti mariage gay du cardinal Nestor à la cathédrale. Restes de fêtes sur le zocalo. Ciel bleu.
Bellas Artes. Vue sur la ville exceptionnelle depuis le 7e étage de Sears. Narco farci de diamants comme une dinde de Noël me lorgnant dans l'ascenseur heureusement bondé. Il a aussi des bottes en croco. Et des rubis a la ceinture! Mexico surréaliste (dixit Artaud) enchanteur et parfois dangereux. Frémissement agréable de vitalité. Odeur de soufre et de goyave.
Adaptateur avenue Cárdenas pour chargeur de mobile.
Oreiller en promo chez Sears, consommé de poulet au Sanbours.
Violoncelliste de la rue Donzeles dont les cheveux ont poussé en un an.
Un argentin y expose des bijoux pour 30 pesos l'emplacement. Soit 1,5 euros. On cherche un valet parking pour le restaurant célèbre l'Opéra. La majeure partie des volets sont descendus. Devant le Popular toujours une file d'attente,essentiellement mexicaine. Y lire le Chamuco en buvant une eau de saveur est un vrai bonheur. Même si la chef est une peau de bique et fait du jeune homme à tout faire son souffre douleur.
La cloche de l'église a un joli son le dimanche. Le barrio plus tranquille.
Les bougains plus intenses et la dizaine de caméras de surveillance plus au repos.
Revenir, retrouver ses marques et ses amis. Découvrir de nouveaux itinéraires. De nouveaux voisins en allant porter ses poubelles. De nouveaux basureros ne vivant que du pourboire qui sert pour manger. Mais qui travaillent en musique.
Un autre rythme dans un autre pays.
Et la Jornada source indispensable dinformation. Les chroniques de Luis Hernandez Navarro le mardi. Malgré la photo quotidienne du gouverneur du Chiapas. D'un populisme exemplaire.
Le marché tout proche et le kilo de tortillas à 12 pesos. + 3 depuis 2010. Beaucoup pour la ménagère. Dont les charges générales augmentent aussi.

Partager cet article

Repost 0
Published by pluiemexicaine
commenter cet article

commentaires